10 voies en 5.10 par 10 grimpeurs

Dix grimpeurs nous proposent 10 voiesen 5.10 au Québec. Bienvenu à 10 en 10 par 10!

Par: Arian Manchego, Jean-Pierre Ouellet, Pierre-Alexandre Paquet, Serge-Alexandre Demers-Giroux, Charles Roberge, Normand Hébert, Yan Mongrain, Ian Bergeron, Patrick Brouillard et Loick Martel-Magnan

Aéro Tango (5.10) – Lac Long – Arian Manchego

Aero Tango | Photo: The Mountain Project

Aéro Tango au Lac Long est une ligne trop évidente. Le gros toit avec sa fissure oblique avait tout de suite attiré le regard de Nicolas Simard dans les premières années du site. Ses paroles d’encouragement tiennent toujours : « Le toit est plus facile en premier qu’en second! » Oh que oui… en lead, on enchaine les difficultés et on protège sans problème, mais en second la corde nous tire dans des sens contraire. Et quoi dire du départ, cette délicieuse fissure avec ses beaux coincements. Beaucoup d’aventure en 30 mètres de vertical!

Black And White (5.10+) – Mont Larose – Jean-Pierre (Peewee) Ouellet

Black and White au Mont Larose | Photo: 27crags.com

Black And White est LA voie trad classique les Laurentides. C’est la ligne la plus évidente à Weir. Elle a donné du trouble à plus d’un grimpeur sportif de niveau 5.13 et la plupart des grimpeurs ne font que la première longueur… On peut la considérer comme le « test piece » 5.10 de la région. Pour certains, il s’agit d’un projet, pour d’autres c’est un réchaud… Mais dans tous les cas si vous pouvez grimper B&W vous pouvez grimper 5.10 trad partout en Amérique du Nord. B&W serait une classique à Yosemite et est un incontournable au Québec.

La Correction (5.10b) – Gros Bonnet – Pierre-Alexandre Paquet

Le Gros Bonnet dans toute sa splendeur | Photo: Fred Desgranges

Une première longueur verdoyante, voilà le prix de ton billet pour l’aventure. L’enchaînement de la deuxième longueur est hallucinant : départ engageant, alcôve dont tu t’extirpes le sourire aux lèvres, fissure double dans un coin avec beaucoup d’ambiance. Parmi les plus belles grimpes de l’Est ! Les longueurs 3 et 4 sont tout aussi variées: cheminée squeeze, fissure à poings et toit funky si tu aimes le bloc haut perché. Au dernier relais, le choix de la conclusion t’appartient: l’intimidante fissure du Bureau du directeur (11+?), l’insoluble sortie de droite ou le rappel sur bolts. À faire et à refaire !

La Face (5.10c) – Lac Blanc/St-Côme – Serge Alexandre Demers Giroux

La Face | Photo: Serge-Alexandre Demers-Giroux

Près de 30m de pur délice vertical, la voie La Face (5.10c) est une incontournable pour la cote. Juchée dans la montagne, la seule voie qui passe directement sur la face du buttress central et proéminent de la paroi. Après avoir sué (et peut-être même tombé quelques fois) pour passer le petit toit qui est le 1er crux, la grimpe devient vertigineuse. Le derrière dans le vide, bien au-dessus du lac, la deuxième épreuve n’est pas simplement un défi d’endurance, mais un effort soutenu pour contrôler la gigue de genou qui démarre à chaque fois que tu veux clipper les dernières dégaines. Une fois les chaînes passées, assis sur le party ledge juste au-dessus, reste plus qu’à prendre ça relax et savourer le moment.

Lido (5.10c) – Grands Jardins – Charles Roberge

Lido dans les Grands Jardins | Photo: Remi Maupetit CampToCamp

Au mont Gros-Bras, j’ai toujours perçu Lido, de réputation, comme étant une voie difficile, raide et propre sur du magnifique granite franc. Après maintes tentatives repoussées par l’hésitation et le manque de courage, c’est à l’été 2015 que j’ai eu le plaisir d’aller m’écarter les jambes comme il faut dans le magnifique et soutenu crux du dièdre aux cent pitons. Par la suite, la 2e longueur gardait le ton de la voie avec son départ engagé et son dièdre toujours soutenu. Et pour finir, une longueur finale avec prises à volonté m’a permis de cocher Lido de ma liste. La plus belle du Gros-Bras pour moi!

Ochra (5.10a) – Val David – Normand Hébert

L’Aiguille de Val David. Ocra suit l’arrête à droite du grimpeur | Photo: Ian Bergeron

Superbe voie classique ouverte par Paul Laperrière en 1983, elle est située sur l’arête droite de la face gauche de l’aiguille du Mont Condor. Très esthétique et aérienne, elle nécessite de l’équilibre, mais vous pouvez l’enchainer de différentes façons. C’est une voie mixte que j’ai enchainée bien avant d’avoir ce niveau en escalade traditionnelle, car les parties qui nécessitent de la protection sont plus faciles que sa cote. À faire et refaire.

Samouraï (5.10c) – Val David – Yan Mongrain

Samouraï à Val David, une voie à respecter car elle en a fait chuter plusieurs! | Photo: Jérôme St-Michel

Samouraï est positionnée fièrement à la jonction des deux murs verticaux dans le secteur de la Bleue à Val David. La voie porte bien son nom car pour pouvoir l’affronter, le grimpeur doit se soumettre au même code des principes moraux que devait respecter le Samouraï tels que courage, respect et contrôle de soi. Transgresser ces principes de base du Bushido et vous ferez partie de la longue liste des victimes de cette voie sans pitié. Respecter ces principes et Samouraï propose une escalade unique avec des mouvements à la fois athlétiques et variés. De plus, elle offre juste assez de points de protections impliquant qu’il ne faut jamais baisser sa garde. Vaincre Samouraï selon les règles de l’art est accomplissement en soi et un rite de passage pour tout grimpeur traditionnel.

Tache Blanche (5.10+) – Grands Jardins – Ian Bergeron

Parcours de la Tache Blanche | Photo: Ian Bergeron

On a déjà parlé de Tache Blanche dans les Grandes Classiques, et elle demeure une incontournable des Grands Jardins : trois longueurs tout en finesse, sur les pieds avec un minimum de prises. En prime, Tache Blanche offre une belle traverse qui fera vivre de grandes émotions au second de cordée, si le premier a protégé aléatoirement. Grimper Tache Blanche c’est un peu comme faire du ballet en ce sens que les mouvements sont délicats et que vous aurez les gros orteils endoloris pendant quelques jours. Certes le grand défi sur le Mont du Dôme.

Traces de Passage (5.10) – Hautes Gorges – Patrick Brouillard

Jacques Lamontagne qui assure Patrick Brouillard dans Trace de Passage | Photo: Charles Lacroix

Traces de Passage est une voie esthétique sur un rocher de première qualité. On y retrouve sans doute l’un des plus jolis feuillets du Québec ! La première longueur (5.8) suit un feuillet qui se transforme en fissure jusqu’à un relais. De là, la fissure se redresse (5.10) pour devenir un devers qu’il faut franchir, pour ensuite suivre la dalle jusqu’à un relais. À la 3e longueur, on remonte des dalles et de la forêt jusqu’au prochain grand mur scindé par une fissure (longueur 4, 5.9) qui se termine à un relais sur arbres. Une voie à ne pas manquer pour la qualité de son rocher et la vue spectaculaire qu’elle offre sur la vallée des Hautes Gorges.

Vire du Curé Dallaire (5.10 – 1ere longueur) – Cap Trinité – Loick Martel-Magnan

Le Cap Trinité | Photo: Ian Bergeron

J’ai passé plusieurs dizaines de minutes à chercher une voie mémorable en 5.10 que j’aurais grimpée au Québec, pour finalement me rendre compte que je n’en avais pas grimpée beaucoup. Puis, le lendemain, j’ai eu un flash ! Je me suis rappelé d’un pitch au Cap Trinité qui m’avait particulièrement marqué : le 1er pitch de La Vire du curé Dallaire. Ça peut sembler banal écrit comme ça, mais je me souviens très clairement de cette longueur. J’en étais à mes débuts en trad et je n’avais vraiment pas beaucoup d’expérience en terrain d’aventure. Disons que ce fut la définition exacte du plaisir de type II : se tromper de départ, faire une traverse délicate dans l’herbe, sangler un petit arbre, continuer dans la mousse, avaler des mouches, oublier d’allonger les dégaines sur mes pros, finir le pitch avec énormément de drag… Pour compléter le tout, une famille complète de brûlots attendait leur repas au relais (on était en juin…). Bref, une grosse bataille pour un gars qui pensait randonner la longueur. Malgré ça, je recommande tout de même fortement la voie à n’importe qui ! Le Cap Trinité est une falaise d’envergure qui propose des multipitchs incroyables. Cette année, j’ai redécouvert ce mur en m’aventurant dans les Grands Galets ! WOW !

6 Comments on "10 voies en 5.10 par 10 grimpeurs"

  1. Très beau échantillon de nos plus belles 5.10! Je gage que personne ne les a toutes faites! Moi je suis juste à 7.5: Lido c’est le 0.5 qui m’a solidement botté le derrière! Manque aussi la correction et la Face… à ajouter sur la bucket list! Et puis, il y a Monarque…

  2. B&W fait définitivement pas partie de cette liste.
    Des 5.11s…oui!

  3. Y manque en effet Monarque, or Dan Morin n’aurait jamais pu la décrire en 6 lignes, lui qui est l’auteur d’une saga (i.e. en plusieurs volumes) à son sujet 😛

    Aux Palissades y a Cirque Volant qui botte solide pour 5.10 et qui vaut vraiment le détour.

    Ensuite y a les falaises qu’on oublie toujours, Pinacle et le Grand-Morne, mais si je ne m’abuse leurs plus belles ne sont pas dans le 10… Qu’on me corrige si j’ai tort.

  4. Chaque grimpeur devait choisir une 5.10… Sa 5.10… Ce qui limitait grandement l’inclusion de toutes les parois du Quebec. Ce n’est pas non plus un palmarès des plus belles 5.10. C’est une liste de 10 voies par 10 personnes différentes!

  5. C’est bien de préciser!!
    Pcque des belles10s,y’en a en masse éparpillées au qc.
    On pourrait facilement avoir un top cent par cent grimpeurs!

  6. Ahah est bonne PA. 🙂

Leave a comment