5 leçons d’un accident

Jacques Lamontagne a subi un accident sur un rappel ce weekend et il nous fait part des leçons qu’il a tiré de sa mésaventure qui aurait pu avoir des conséquences autrement plus fâcheuses. Rassurez-vous, il se porte bien.

Texte et photos: Jacques Lamontagne

En résumé: moi et mon compagnon de cordée sommes allés faire Méchante Virée (5.10+) au Lac Emmuraillé (Saguenay). Dans le guide d’escalade du Saguenay la voie reçoit 2 étoiles et on y parle de magnifiques longueurs en 10a. Dans les faits, je ne serais pas surpris si notre ascension était la deuxième tant on y a trouvé de la mousse et des blocs très instables de toutes les tailles.

Il fallait faire très attention en tout temps pour ne pas déloger des pierres accidentellement et risquer de blesser son second. Le rocher n’est généralement pas meilleur que ce qu’on pourrait trouver dans les rocheuses canadiennes, où encore dans les premières longueurs de Campanule sur Gros Bras. Le problème c’est qu’aucune mention des dangers objectifs nombreux n’est faite dans le topo. Cette voie serait très dangereuse pour un grimpeur peu expérimenté dans ce genre de condition.

À la descente, le topo indiquait qu’il y avait des stations de rappel sur arbres. La dernière était sur un petit buisson qui a définitivement connu des jours meilleurs. Mon compagnon à choisi de sacrifier de l’équipement au lieu de se fier à ce buisson devenu très, très douteux. Deuxième leçon: les « stations » de rappel sur buissons ne doivent pas être appelée ainsi dans les guides car le temps peut trop souvent les altérer. Voir les déraciner complètement.

Notre nouvelle station était sur 2 coinceurs bétons, et backée par deux mécaniques. L’un des deux était placé à l’horizontale sur un gros bloc (environ 1m carré) en apparence solide. Trois ou quatre mètres après mon départ en rappel, le bloc en question s’est soudain détaché, m’a fauché et légèrement blessé. Heureusement, les autres coinceurs ont tenu. Leçon 3: la pression sur le rocher d’un mécanique est extrêmement forte et peut même détacher un bloc par le seul poids d’une personne. Ma vie est aussi sauve parce que j’avais backé mon rappel avec un prussik (c’est la leçons 4).

Une autre leçon un peu plus difficile à expliquer a trait à la morphologie de la paroi. En effet, sur cette paroi, les prises et les fissures ont un angle descendant. On y voit des fissures horizontales qui rentrent sous des surplombs. Ces fissures cachent souvent des pièges. Notamment la solidité du rocher est très difficile à lire et comporte souvent des pièges puisque les blocs sont assis sur du rocher fuyant.

Hormis les 5 leçons ci-haut, la vue du sommet est fantastique!

Be the first to comment on "5 leçons d’un accident"

Leave a comment