Arcteryx Alpha FL- La dégaine rapide

Par Guillaume St-Pierre

Les coquilles conçues pour dégainer rapidement sous les conditions difficiles pullulent sur le marché. Le choix s’avère souvent difficile mais les caractéristiques recherchées pour ce type de manteau sont, elles, claires : légèreté, protection et durabilité doivent être irréprochables.

Les gens d’Arc’teryx ont entamé 2017 avec une motivation pour le moins audacieuse : optimiser ce genre de coquille qui s’enfile illico, en minimisant les compromis sur l’ergonomie et la solidité. Placer cette veste dans la catégorie Alpha –celle spécialisée pour les exigences de l’alpinisme et l’escalade- lui donnait une longueur d’avance. Lui conférer la qualité de finition ainsi que le raffinement propre aux produits Arc’teryx allait dans le même sens. Mais le terrain demeurait son seul véritable juge.

Une seconde peau

La prouesse d’intégrer une fabrication 3 plis en Gore-Tex Pro à un manteau qui doit être souple en plus de se ranger facilement est la première innovation du Alpha FL (pour fast & light). La sensation de rigidité est bien présente sans moindrement gêner le mouvement : des renforts aux zones plus susceptibles à l’abrasion complètent la sensation d’être revêti d’une forteresse. Le haut col protecteur, tout comme la coupe longue à l’arrière, s’additionnent à l’immense capuchon (réglable à une main) qui abrite tout type de casque. Un logo réfléchissant s’ajoute aux couleurs voyantes (pour être bien vu) dans lesquelles le FL est présenté : tout a été réfléchi, en étroite collaboration avec grimpeurs et aventuriers. Une fois enfilé, on l’oublie rapidement. On constate aussi rapidement sa polyvalence : vélo-boulot, ski hors-piste, randonnée… je l’ai trimballé partout. J’avais toujours la sensation d’avoir le bon manteau, même si l’absence de ventilation sous les aisselles m’a parfois manqué (la respirabilité est tout à fait décente). Seul bémol : l’unique poche pectorale est insuffisante aux nécessités de la vie quotidienne (clés, portefeuille, cellulaire et… oups, plus de place!)…

Le gain en légèreté s’acquiert avec de minutieux détails : bandes en velcro minces aux poignets, fermetures éclair étanches revisitées et microcoutures diminuées font osciller le poids du Alpha FL à 315 grammes. Quelques caractéristiques font cependant sourciller: ainsi, le cordon de serrage à la taille, aux ourlets à pression (technologie HemLock), n’est pas à manipulation unique. Aussi, la pochette de rangement (munie d’une boucle pour l’attacher au baudrier) est tout bonnement glissée à l’intérieur de la poche pectorale interne, sans fixation dans celle-ci. Inquiétant lors des manipulations en hauteur…Une fois sur la paroi, cependant, il reste merveilleusement bien en place sous le harnais. Sa poche unique, engouffrant le strict minimum, s’ouvre facilement d’une main. Idem pour la glissière centrale. Très apprécié dans les conditions extrêmes.

Enfin, le Alpha FL stocké n’est guère plus gros qu’une bouteille d’eau. Un manteau si polyvalent qui se trimballe aussi aisément est un gros plus pour toute sortie en plein air. Offert à un prix décent, il s’agit d’une coquille robuste, hautement performante, qui se frayera facilement un chemin dans le palmarès de votre matos préféré.

1 Comment on "Arcteryx Alpha FL- La dégaine rapide"

  1. Coquille full trois plis sans pit zips? Je passe merci…
    Si on cherche sans pit zips (moins de volume/poid) mieux vaut regarder la version hybride soft/hard shell

Leave a comment