Bring in the girls! L’initiative d’escalade B.I.G

Les instigatrices du B.I.G.: De gauche à droite, Alexa Fay, Geneviève de la Plante, Léa Chin, Sophie Claivaz-Loranger | Photo: Andréanne Vallières

Le 16 Mai dernier se tenait le lancement de l’initiative B.I.G. qui vise à favoriser l’implication des femmes dans l’ouverture de voie d’escalade. Andéanne Vallières a rencontré les instigatrices du projet et voici son compte-rendu.

Par Andréanne Vallières

1. Les investigateurs: comment favoriser l’implication féminine?

Fonder une communauté qui deviendra un réseau de partage d’informations, ainsi qu’une passerelle pour donner des cliniques formatrices qui favoriseront l’échange de compétences quant à l’ouverture de voies en escalade; voici le défi que Sophie Claivaz-Loranger, Alexa Fay, Léa Chin, Geneviève et Jean-Marc de la Plante se sont donné depuis deux ans par l’initiative B.I.G. J’ai eu la chance de rencontrer Geneviève lors d’une soirée d’inauguration du mouvement, alors qu’elle venait de transmettre un discours délicat et tellement important. Je tenterai par ces quelques lignes de vous relayer le descriptif de ce cadeau qu’elle offre à notre communauté d’escalade.

2. L’histoire derrière l’initiative

L’idée est venue de Geneviève et de son frère Jean-Marc alors qu’ils souhaitaient engager des femmes afin de travailler au sein de l’équipe d’ouverture de voies d’escalade chez Allez Up. Après mûre réflexion, les cours pratiques devenaient un moyen intéressant d’arriver à mobiliser ces dernières et ainsi leur permettre d’en apprendre davantage sur les techniques à considérer. Or, dans cette foulée médiatique de revendication féministe de tous genres qui promeut un discours du droit de la femme imprimé sur les T-shirts glams qu’on retrouve un peu partout dans les magasins, ils souhaitent s’éloigner du modèle maintenant connu, celui utilisé comme argument de consommation, voire de marketing. En d’autres termes, certaines questions se posaient : comment assurer un réel investissement des femmes dans ce travail d’ouverture de voies d’escalade et mettre de côté l’idée d’un mouvement féministe bon marché? Comment s’assurer qu’elles deviennent des créatrices, des architectes des tracés sur rocher sans être étiquetées comme féministes? Comment éradiquer les étiquettes et les préjugés envers les femmes lorsqu’on parle d’ouvrir une nouvelle voie, sans engager un mouvement commercial comme celui qu’on voit de plus en plus? Quels moyens devons-nous prendre afin de permettre aux femmes de se sentir concernées, plus fortes, plus compétentes, plus confortables lorsqu’on parle de cotation et de prise de décision?

De gauche à droite, Léa Chin, Sophie Claivaz-Loranger, Alexa Fay, Geneviève de la Plante | Photo: Andréanne Vallières

3. La philosophie derrière le mouvement

À priori, en Amérique du Nord, si l’on veut donner une place aux femmes, on doit former une communauté de partage et de soutien. Alors que les cotations inscrites dans la plupart des topos du Québec sont signées par des ouvreurs masculins, quels moyens devons-nous mettre en place pour assurer un certain équilibre dans le même domaine chez les femmes?

En salle, Geneviève observe de plus en plus qu’il manque d’appui pour les jeunes femmes en escalade. Elle exprime qu’il y a un manque de considération face aux changements corporels qu’elles vivent à la puberté et que c’est souvent à ce moment que la plupart des grimpeuses délaissent l’escalade. Or, au niveau de l’entraînement, elle observe une sous-représentation des femmes en tant qu’entraîneuse et elle considère qu’il est important de mettre en place les outils nécessaires afin de leur permettre d’assurer la poursuite de cette tâche.

4. Les cliniques à suivre

B.I.G souhaite transmettre des certifications afin que les femmes qui ressortiront de leurs cours échangent à ce sujet et initient un dialogue par le biais de ce mouvement de formation. Dès lors, les femmes pourront ainsi se sentir soutenues et l’objectif prendra son élan. Dès l’été 2019, il y aura deux types de cliniques en gym intérieur qui seront données dans quatre villes différentes au Québec. Parmi ces dernières, quatre des six cliniques permettront de faire les premiers pas. Il s’agira de cliniques pour celles qui débutent et qui souhaitent se familiariser avec les bases. Or, deux autres cours permettront aux intermédiaires de s’éduquer au sujet des autres étapes reliées à ce travail d’ouverture de voies.

Ce cadeau que nous fait l’équipe de B.I.G permettra sans doute à plusieurs femmes au Québec de s’inscrire dans un mouvement de prise de décision, de certification et de coopération.

Relayez l’information, partagez cette initiative avec l’ensemble des membres de votre communauté.

Voici le lien vers leur site afin de vous inscrire aux prochaines cliniques : https://thebiginitiative.ca/

Vous désirez vous impliquer ou soutenir le mouvement? Écrivez-leur : b.i.g@thebiginitiative.ca

Be the first to comment on "Bring in the girls! L’initiative d’escalade B.I.G"

Leave a comment