Deux nouvelles voies et une variante aux Palissades

Texte et photos: Etienne Rancourt

La lueur de la flamme qui brille dans les yeux de François-Guy Thivierge, figure emblématique de l’escalade au Québec, n’a d’égale que le brasier qui se consume dans l’âtre de l’Auberge enmontagne Les Palissades de Charlevoix . C’est un grand moment pour lui. Quelqu’un a enfin répété son ascension d’Indiana Thivierge(WI 6+ M7, 60m) , une des nombreuses voies d’envergure ouvertes par lui-même et ses compagnons de cordée au début des années 90. Mais Indiana Thivierge a toujours eu un petit quelque chose de spécial pour François-Guy.

25 ans d’attente avant d’enfin pouvoir partager avec un autre grimpeur, en l’occurrence Jean-François Girard (Jeff pour les intimes), les émotions ressenties lors des passages clés de cette ouverture mythique. La communion entre les deux ascensionnistes, et les félicitations de Jeff envers François-Guy pour avoir ouvert cette voie en 1993 avec les moyens du bord, vaut son pesant d’or. Et d’après le niveau apparent d’excitation de François-Guy, les détails de son ascension sont encore frais à son esprit!

Comble du bonheur, François-Guy est présent quelques heures plus tôt au bas de la paroi pour voir Jeff s’attaquer à ce monstre sacré de 60 mètres. Et Indiana Thivierge s’avère à la hauteur de sa réputation. Jeff doit puiser dans ses ressources et son vaste bagage d’expérience pour en venir à bout. Glace délaminée et légèrement déversante de grade 6, passages en mixte jusqu’à M7, même un beau whipper sur un Metolius mauve lorsqu’une section de glace s’effondre, tout y est. Le cri de joie que pousse Jeff en atteignant le sommet, après une âpre bataille, parle de lui-même. Alexandre Plaisance seconde ensuite courageusement la voie, non sans effort, et les deux compagnons descendent en rappel avec le jour qui tombe. Ce beau moment autour du foyer couronne un week-end de grimpe dans Les Palissades pour le moins fructueux.

En effet, lors de notre arrivée au petit matin samedi, François-Guy et moi-même apercevons entre les arbres une belle petite paroi située à droite des Grandes Dalles, environ 2 km avant d’arriver au Centre d’aventure Les Palissades. Nous y distinguons un beau mur de glace vertical à l’apparence mince, mais oh combien invitant! Motivés à bloc par cette possibilité d’ouverture, nous nous élançons littéralement dans la belle forêt de conifères matures pour une marche d’approche d’environ 1,2 km et 100 m de dénivelé (35 min).

il me dit alors que je devrai sortir les gants de boxe et livrer un combat de WWF si je décide de m’y engagerEtienne Rancourt

Arrivés sur place, nous constatons avec joie que la voie est plus longue qu’elle n’en paraissait de la route. François-Guy s’engage dans une première longueur de rochers et de glace délaminée
d’environ 55 m en grade 3+. Lorsque je le rejoins sous l’imposant mur vertical de 25 m, il me dit alors que je devrai « sortir les gants de boxe et livrer un combat de WWF » si je décide de m’y engager. Je sens mon mental et mon physique qui répondent présent. Cette voie me parle. J’y vais.

La glace est mince et dégoutte abondamment. Les possibilités de protection se font rares. Je réussis à placer un stubby et un mécanique BD de grosseur 0.2 sous un petit toit de roche au bout des premiers 10 m d’ascension. Je reprends mon souffle et observe attentivement ce qui m’attend ensuite. C’est le temps de sortir les gants de boxe. Je traverse sur la droite sur deux mètres et me retrouve sous les derniers 15 m parfaitement verticaux, séparés en deux coulées d’environ un mètre chacune. Un autre stubby. La coulée de gauche est mince, sonne creux et déchire facilement. Mais je n’ai pas le choix de m’en servir quand même. Celle de droite est légèrement plus épaisse. Piolet, pied, pied. Une première vis de 10 cm. Je respire. Je demeure calme et concentré. Piolet, pied, pied. Je prends le temps de me secouer les bras régulièrement. Les encouragements de François-Guy me font bien rire. Piolet, pied, pied. J’atteins le sommet du mur le sourire aux lèvres et les avant-bras bien pompés. Restent 8 mètres agréables en 3+ jusqu’à un solide pin parfait pour le relais. François-Guy, qui n’a rien perdu de sa superbe, me rejoint ensuite, très heureux de notre belle découverte. Ce sera donc WWF (90 m 5+).

Nous recevons en soirée un appel de Jeff nous annonçant qu’il vient nous rejoindre le lendemain matin avec Alexandre Plaisance pour tenter la seconde ascension de Indiana Thivierge . Après une bonne nuit réparatrice, François-Guy et moi nous levons à 5h30 pour une magnifique randonnée de « via ferra-ski » de 2h30 avant l’arrivée de nos deux comparses. La montée des Palissades en ski de randonnée est sublime, rien de moins. Arrivés au sommet, nous empruntons, skis sur le dos, la section du haut de la via ferrata. Passages exposés, traversée du vertigineux pont suspendu et descente en rappel nous ramènent à l’Auberge au moment même où Jeff et Alex font leur arrivée.

Notre réchauffement fait, nous partons tous ensemble, direction Le Mur des Fantasmes. Alors que Jeff complète son ascension de Indiana Thivierge, François-Guy et moi partons explorer le secteur gauche du mur, qui semble offrir quelques itinéraires encore vierges. Une ligne invitante s’offre alors à nous. Une fois de plus, ce sentiment enivrant et pur d’aventure, unique aux ouvertures de voies, nous envahit le corps. C’est un départ! Les premiers 25 mètres s’avèrent plus corsés qu’il n’en paraissaient d’en bas. La glace est mauvaise et l’itinéraire est délicat. Une gradation en 4+ ou 5 serait adéquate sous ces conditions. Arrivé sous un surplomb rocheux, je décide d’entamer une traversée de 10 m vers un filet de glace qui semble offrir une porte de sortie. La traverse est délicate. La dalle n’offre que quelques grattons dispersés. Lorsque posées sur ces aspérités, les lames des piolets et des crampons ne peuvent changer d’axe ou c’est la chute en balancier certaine. Je reste calme. Je transfère doucement mon poids. Les changements de pieds et de mains sont critiques. Ouf, ça passe! M6. 2 mécaniques. Je rejoins une glace délaminée qui s’épaissit avec gratitude sur 10 m en grade 3+ jusqu’à un sapin. François-Guy me rejoint avec le même sourire de satisfaction. Deux ouvertures en deux jours, c’est le summum. Les Palissades sont son terrain de jeu depuis si longtemps…

Nous nommons cette nouvelle voie Les Hommes d’honneur(45m WI5 M6) pour souligner les grimpeurs présents, soit Jeff, Alex et moi-même, qui rendent ainsi en quelque sorte hommage aux
exploits de François-Guy en glace, ici et ailleurs dans le monde. Jeff ouvrira le lendemain une variante directe, beaucoup plus engagée, que je lui laisse le soin de coter.

Les hommes d’honneur, les déviants de droite (M6+ WI6+ R/X), passes à travers deux toits de glace/stalactites, protégés de façons sporadiques et délicates. Les protections sont très bonnes mais mal placées et elles amènent le grimpeur qui tombe a s’écraser sur les vires.Jeff Girard

Merci François-Guy.


Be the first to comment on "Deux nouvelles voies et une variante aux Palissades"

Leave a comment