Dopage ou nouvelle méthode?

La semaine dernière, Emily Harrington et Adrian Ballinger ont effectué une ascension éclair du Cho Oyu (8188m) au Tibet. Imaginez, le duo a atteint le sommet 10 jours seulement après avoir quitté leur domicile en Californie. En fait, ils étaient de retour à la maison 15 jours après leur départ.

Pour réaliser leur exploit, une équipe a tout préparé sur place pour eux avant leur arrivé. Les semaines précédant leur arrivé au Tibet, ils ont dormis dans des tentes hypoxiques afin de faire leur acclimatation à la maison, et non sur place sur la montagne.

Tente hypoxique maison | Photo: Emily Harrington

Tente hypoxique maison | Photo: Emily Harrington

A l’annonce d’une fenêtre météo prometteuse, ils se sont envolé pour le Népal et ont gagné le camp de base en toute vitesse. 10 jours plus tard, hop au sommet et ils ont skié pour redescendre!

La méthode soulève néanmoins plusieurs questions éthiques chez les adeptes de la vieille école. D’autres voient cette méthode comme novatrice et plus sécuritaire car on passe moins de temps sur la montagne. Et vous, vous en pensez quoi?

6 Comments on "Dopage ou nouvelle méthode?"

  1. C’est juste l’aspect « une équipe était là, sur la montagne, et à tout préparé d’avance… » qui est questionnable… Moins dandereux pour les big stars, pis le reste!? Je trouve le fond de l’idée bonne par exemple.

  2. Pour moi, ça ce résume à: « are you experienced »? (Jimmy Hendrix). Quelle genre d’expérience que c’est ça? Bien trop vite à mon goût… La vie moderne roule à 2000kmh et ça ce réflète en montagne aussi. Manque de poésie et me laisse un goût amer… Ça ressemble à manger le même burger d’une chaîne que je nommerai pas. On peut en manger partout dans le monde… Wow, toute une expérience… Cependant, ça n’enlève rien à l’accomplissement purement physique. Ils sont en shape et acclimatés.
    Donc, du dopage oui mais pas physique. Dopage d’expérience réductrice qui uniformise… Ça marche… Mais c…. que ça goûte pas bon.

  3. Moi je dirais que c’est « the way to go ». Faut être resté assis comme un cave dans une tente au advanced Base camp d’un 8000m à bouffer de la scrap Népalaise/Tibétaine trop longtemps pour comprendre. Le gros d’une expédition dans l’Himalaya, c’est l’acclimatation plate dans une tente en attente d’une fenêtre de beau temps, à pas faire grand chose ma foie. Savoir skipper ce bout là, ça rend l’expérience hautement plus agréable et ça n’enlève rien de l’accomplissement. C’est probablement plus compliqué logistiquement cependant, la bureaucratie pouvant faire perdre leur acclimatation aux grimpeurs advenant que ça s’étire.

    Cette méthode a aussi le mérite de diminuer les coûts non négligeables d’une telle expé, ainsi que le traffic et la pollution inutile des 8000m, un réel problème quand tout un paquet de monde s’y installe pour 2 mois. La tente hypoxique, bof. Perso, j’aime bien le concept de s’acclimater « à la maison » (ie au Yukon ou en Alaska), et voler à la dernière minute pour un summit push.

  4. S’ acclimater a la maison c est très bien , mais faire le tour du monde pour aller se faire doré le chest ou gravir le cho oyu est du pareil au meme. Auto portrait dérisoire d’ un monde en déroute et qui ultimement anéantira ce qu’ il y a de plus beau, c a d la nature…..

  5. Ouais moi aussi je trouve bien la préparation « maison », je le conseillerais même pour les gens qui vont aller faire du trekking au Pérou genre! À place de jouer à la roulette Russe avec l’acclimatation, tout est préparé d’avance, sans médicaments, et comme tu dis Alpa, sans gros ennui dans une tente à bouffer de la merde.

    Mais je suis aussi vraiment d’accord avec vos sentiments sur les voyages-éclair, quel ENNUI total celui d’aller faire un sommet « flash » à l’autre bout du monde sans prendre le temps de se promener en montagne ou de connaitre les gens du coin. C’est à la mode on dirait, et on peut bien penser que c’est le problème des autres, mais ici aussi on fait des trips à chauffer l’auto 3 heures aller, 3 heures retour pour grimper un total de 4 heures de temps…

  6. si ça peut aider a rester moins de temps sur la montagne et donc réduire les déchets je trouve ça bien.

Leave a comment