Double première au Petit Rakaposhi

Photos: Yannick Boissenot et Julien Herry.

Ce printemps, après la fin de la mousson himalayenne mais avant que les équipes ne se rendent sur les sommets de 8000 mètres au Pakistan, les conditions demeurent suffisamment favorables sur de nombreux pics pakistanais de moindre altitude pour permettre quelques escalades et descentes à ski. Yannick Boissenot et Julien Herry ont tiré le meilleur parti de ces deux options en réalisant la première ascension d’un sommet vierge de 5050 mètres dans la région du Gilgit-Baltistan, redescendant ensuite en ski depuis le sommet.

Le duo a profité d’une courte accalmie météorologique dans une zone située juste au nord du Rakaposhi (7788 m). Leur objectif était un sommet triangulaire de taille moyenne « au pied de l’immense face nord du Rakaposhi« , comme l’a écrit Julien Herry dans un compte-rendu sur sa page Instagram.

« Nous étions vraiment peu optimistes concernant l’état du manteau neigeux la veille« , a écrit Boissenot. « C’était assez inquiétant… mais nous étions très motivés pour tenter l’ascension. » Malgré la neige instable à la base du sommet, ils ont trouvé de bonnes conditions fermes sur la face elle-même. Leur plan initial était d’atteindre une crête, mais le terrain semblait trop exposé au risque d’avalanches. Ils ont donc poursuivi leur ascension dans le couloir central du sommet, déjà tassé par des avalanches précédentes.

« Malheureusement, ce couloir s’arrêtait à 80 mètres sous le sommet, et nous devions trouver un moyen de franchir cette dernière pente raide« , a relaté Herry. « Une longue traversée horizontale sur la droite ne menait qu’à de la neige plus profonde et instable. Finalement, Yannick a trouvé un passage plus direct avec moins d’accumulation vers la courte crête sommitale. Je l’ai rejoint juste avant d’atteindre ensemble le sommet à 8h30. »

« L’ambiance est tout simplement incroyable ici, au cœur de la face nord du Rakaposhi, à la fois intimidante et fascinante, entourés d’un monde de crêtes et de séracs. Bien qu’étant déjà au-dessus de 5 000 mètres, le sommet principal du Rakaposhi s’élève encore à près de 3 000 mètres au-dessus de nous ! »

Après l’ascension, l’équipe a discuté d’un nom approprié avec les habitants locaux. Ils ont finalement opté pour Chota Dumani, ce qui signifie Petit Rakaposhi en langue locale.

Source: ExplorersWeb

Be the first to comment on "Double première au Petit Rakaposhi"

Leave a comment