El Cap en (presque) 24 heures

Jérôme clean le Boot Flake (pitch 16). La marche n’est pas très large ! Guillaume devra faire le King Swing comme un pro si on veut continuer plus haut !

Par Guillaume Michaud, Jérôme St-Michel et Yann Camus

En avril 2017, Guillaume Michaud et Benoit Chamberland on réalisé Triple Direct sur El Capitan en 3 jours. Il s’agit d’un big wall qui emprunte le chemin de trois voies mythiques: Salathé, Muir et The Nose. Un trip report vidéo est sur Youtube.

Début juin 2018, Guillaume Michaud, Yann Camus et Jérôme St-Michel sont partis vers Yosemite pour réaliser un rêve de grimpeur: NIAD ou Nose In a Day sur El Capitan.

Attente pour avoir une place à Camp 4. Il y a du monde!

Un premier «Eagle Run» a été fait par Guillaume et Jérôme, soit les 18 premières longueurs, jusqu’au ledge (Eagle Ledge) après le King Swing. Le King Swing est un swing d’environ 25 mètres qui est fait à 1000 pieds du sol et qui se termine par un mouvement de bloc (https://youtu.be/by8fCPW_Sas , https://youtu.be/r6kbWOsD7fY ). Comme premier essai, c’était bien, nous étions juste un peu trop lents: King Swing a été fait en 16h. Lors de la prochaine sortie, la grimpe en libre devra être encore plus rapide et les transitions encore plus courtes. Nous avions prévu 6 lead blocs pour toute la voie. Au moins, la barrière mentale du King Swing a été brisée.

Après quelques jours de repos, Jérôme a dû quitté et Yann est venu rejoindre l’équipe. Pour cette tentative, Guillaume et Yann ont prévu de fixer les cordes à Sickle Ledge la veille, puis y aller pour un push continu jusqu’au sommet. Cette fois, que 2 lead blocs: Guillaume jusqu’aux Grey Bands, puis Yann au sommet. On partira avec un rack double et quelques cams offset, des dégaines, 6 barres et gels d’énergie et 9 litres d’eau. On est en juin et il fait chaud en Californie. Nous aurons une corde de 9.5mm et 2 tag lines de 4mm (45m et 20m). Finalement, la plus courte ne quittera pas le fond du sac).

Guillaume révise l’ampleur de l’objectif

Départ à 5h du matin. On dépasse une première équipe qui fait du sur-place à Dolt Tower (pitch 11). Le rythme est bon et nous sommes au King Swing à midi : en avance sur l’horaire. Une chute de 5m dans le Great Roof (pitch 22) nous ramèmne à la réalité suite à un cam hook qui lâche. À Camp 5 (pitch 24), nous prenons notre seule pause bien méritée : une heure et on relaxe. L’énergie revient. Ensuite, plus les longueurs avancent, plus nos temps s’allongent. Yann fait presque une seconde chute encore à cause d’un cam hook qui lâche mais se rattrape sur le mécanique suivant. Guillaume attrape l’étrier et le cam hook au vol ! Au pitch 29, l’étrier aurait fait tout un vol plané ! Nos corps commencent à souffrir: Yanne à les pieds enflés et Guillaume a les mains meurtries. Si les premières longueurs nous demandaient entre 30 et 45 minutes, c’est en 1h15 qu’on ferra les dernières! Le dépassement des Japonais pendant la nuit à Camp 6 (pitch 26) fut des plus intéressants : corde coincée, barrière linguistique… ça faisait 6 jours qu’ils étaient sur le mur ! Pour la dernière longueur, quelques bolts sur un rock surplombant à souhait et puis, brutalement, le sommet!

Le coût du labeur

24h08 d’escalade. Nous sommes fatigués, mais surtout, tellement contents et satisfaits. À cet instant, le soleil se lève. La vue vers le bas à cet endroit est magnifique. À la descente, sieste spontanée juste avant les East Ledges, qui se feront rapidement, notre sac maintenant vide de son eau et de sa nourriture. Retour dans la Vallée et bière avec Pete Zabrok, une légende des murs d’El Cap en artif.

Speed et accident

Pour accélérer la grimpe, nous avons utilisé principalement deux techniques : les blocs et le short fix.

Les blocs consistent à définir une série continue de pitchs qui seront grimpés par le leader. Ceci permet de limiter le temps de transition puisque le premier effectue plusieurs longueurs de suite. Chacun reste dans sa zone, le leader restant concentré à grimper et le second, à faire tout le reste.

Le short fix est une technique alternative à la cordée volante (simul-climbing) pour assurer que les deux grimpeurs sont constamment en mouvement. Contrairement à la cordée volante, le short fix inclue un relai, ce qui est beaucoup plus sécuritaire.

Lors de notre premier run, deux grimpeurs expérimentés sont tombés vers leur destin dans les dernières longueurs de Freeblast, pas très loin de nous. Ils étaient sur un pitch 5.7. Faites bien ce que vous voulez, mais je ne recommande pas le simul-climbing.

Chaque élément de matériel est calculé

Tommy et Alex

Lors de notre présence, la vallée était chargée de grosses pointures : Timmy O’Neill, Brad Gobright, Pete Zabrok, Tommy Caldwell et Alex Honnold. Entre nos deux essais, Tommy et Alex on fait leur NIAD en un peu plus de deux heures et lors de notre ascension, ceux-ci nous ont dépassés pour réaliser leur record à 1h58. Pendant que Guillaume leadait les Stovelegs, Honnold lui a poliment demandé de passer, le remerciant en français par un merci beaucoup québécois, appuyé d’un lourd accent anglophone !

Bravo les Tommy et Alex!

El Cap

Guillaume lead en libre high in the sky

Yann lead le Great Roof, Guillaume assure (pitch 22)

Dernière longueur, pitch 31, déversant de 3000 pieds, à la lueur du soleil levant

Commentez on "El Cap en (presque) 24 heures"

Laissez un commentaire