En Équilibre

Tanguy Locqueneux fait le portrait du free solo en interviewant des adeptes de cette discipline souvent critiquée, voir décriée. On y entend le témoignage de Stas Beskin, Maxime Couture, Fredéric Deslauriers, Jeff Girard et Samuel Lepage. Tous expriment avec beaucoup de candeur leur motivation pour affronter les risques inhérents à cette pratique.

4 Comments on "En Équilibre"

  1. WOW! Beau film.

  2. Superbe court métrage !

    Étant moi même un adepte de ce petit « passe-temps plaisant » j’aimerais adressez ces quelques lignes de texte a la communauté des grimpeurs et des alpinistes du Québec.

    La gestion des risques des activités sportives dépend de facteurs très divers qui sont propre a chacun et
    chacune de nous c’est pourquoi elle n’est pas objective.

    Extrait tirer du site web https://educaloi.qc.ca/capsules/accidents-sportifs-savoir-qui-est-responsable/
    L‘acceptation des risques 
    Comme sportif, vous acceptez de courir des risques qui sont inhérents aux activités que vous choisissez de pratiquer. Vous jouez au hockey, vous skiez ou vous faites du patin à roues alignées? Les risques de blessures et d’accidents que vous courez sont plus élevés que ceux du joueur de bridge ou des adeptes du yoga !
    Il n’y a pas de standardisation en alpinisme et en escalade de rocher ou de glace seulement plusieurs niveau de risque que les participants et participantes sont prêts et prêtes a accepter.

    Se faire répéter sans fin des trucs du genre : « C’est mettre sa vie en danger de manière irresponsable et inutile » à « On n’a pas le droit de montrer une chose pareille, d’autres pourraient être tentés de l’imiter » sa devient fatiguant a la longue.

    L’affirmation selon laquelle ces actions relèvent de la pure inconscience doit être réfutée. Une préparation physique et psychique parfaite est toujours à la base du solo intégral.

    Si un jour je regarde une voie et je me sent moyen pour x raison je ne la ferrais simplement pas.

    Par contre, qu’il s’agisse d’un risque totalement inutile, c’est tout à fait exact.

    Seulement voilà, toute personne qui pratique l’alpinisme et l’escalade s’expose à un risque inutile.

    Ce sont des sports effectivement dangereux et en soi totalement inutile.

    Quel que soit le danger que l’on court en faisant de la montagne, il est de toute façon inutile.

    Et dans ce sens, l’escalade en solo s’inscrit dans la même lignée, évidemment plutôt à l’extrémité supérieure de l’échelle.

    Mais l’intensité du vécu se situe certainement aussi tout en haut de l’échelle.

    C’est la raison pour laquelle l’alpinisme et l’escalade en solo intégral continueront d’exercer un attrait très puissant.
    Peut-être est-ce justement la manière la plus parfaite de gravir les montagnes.

    Donc je ne vois pas comment la FQME peux faire la promotion de l’un (escalade encordé)

    et complètement ostracisé les pratiquants du solo intégral au Québec.

    Extrait du site web de la FQME : https://fqme.qc.ca/escalade/presentation/#1518825227792-45c6690a-3262

    ESCALADE EN SOLO INTÉGRAL
    Pratique de l’escalade sans corde ou système de protection. Le grimpeur progresse seul sur le rocher ou la glace, où les conséquences d’une chute sont graves ou mortelles. Bien qu’elle reconnaisse l’existence de cette pratique, la FQME n’encourage pas cette technique.
    La FQME interdit cette pratique sur l’ensemble des sites fédérés, pour tout public et pour toute discipline. Elle interdit également l’escalade en solo intégral pour toute pratique encadrée, peu importe le site.

  3. salut Charles,
    la FQME est impliquée dans l’assurance des sites. Tu comprends qu’elle ne peut pas tolérer une pratique avec un risque considérable de blessures graves/mortelles. Si elle ne peut pas le tolérer, elle n’a pas le choix de l’interdire, tout simplement. La FQME s’implique également dans le secourisme sur ses sites. Tu comprends aussi que les secouristes n’ont probablement pas envie d’aller chercher un gars tombé en solo dans une voie multi-longueurs avec 18 fractures, à moitié mort. Je ne dis pas ça pour défendre la FQME, je n’y travaille pas. C’est juste une question de gros bon sens. En pratique évidemment la FQME n’a pas le staff et les ressources pour surveiller tous les sites à temps plein, autrement dit si tu veux faire du solo, y’a probablement personne qui va t’en empêcher. Garde juste en tête que quand tu fais du solo, ben si tu tombes, c’est possible que tu tombes sur quelqu’un très loin en bas de toi et que tu peux tuer/blesser gravement cette personne. Tu peux aussi t’écraser comme une crêpe en bas d’une falaise À CÔTÉ de quelqu’un que tu ne toucheras même pas mais qui vivra après des années avec un choc post-traumatique. Tu peux tomber et te blesser gravement et nécessiter un sauvetage par une équipe de secouristes qui aurait peut-être aimé faire de quoi d’autre cette journée là. Autrement dit, ton solo, s’il finit mal, peut influencer l’existence des autres autour de toi. Juste matière à réflexion.

  4. Pioletvolant tout les points que tu énumère sont valide mais le point que j’essais de soulever demeure l’alpinisme et l’escalade (rocher glace mixte) est une pratique sportive qui est très dangereuse et ce malgré tout l’équipement de sécurité.

    Juste voir cet article sur escalade québec de cette année https://www.escaladequebec.com/gros-accident-a-weir/

    Donc cela reviens a une gestion des risques qui est propre a chaque individu ce qui est impossible à réglementé.

    En général se qui fait une bonne cordée est le fait que les deux personnes qui constituent la dite cordée ont peu près le même niveau technique et aussi le même niveau de gestion des risques.

    Toi tu a une certaine tolérance au risque mais ton voisin na surement pas le même niveau de tolérance au risque que toi il peu être plus haut ou plus bas donc essayer de faire des réglèment pour une telle chose est impossible.

    Dans le meilleur des cas cela résultera en une standardisation de la pratique pour les débutant mais sans plus.

    La FQME sans totalement rejeter la pratique du solo intégral pourrait écrire quelque chose qui ressemble se qui concerne l’escalade en solo encordée extrait du site de la fqme:

    ESCALADE EN SOLO

    Technique où le grimpeur progresse seul sur la paroi, avec une méthode d’auto assurage quelconque, nécessitant généralement une installation ou un équipement spécialisé.

    Bien qu’elle reconnaisse l’existence de cette pratique, la FQME n’encourage pas cette technique de progression.

    elle pourrait seulement rajoutée quelque chose comme ceci : tout les pratiquant du solo intégral sur les sites de la fqme ne sont plus assurer par les assurances de la fqme et ont aucun recourt devant les tribunaux contres les propriétaires terriens.

    Comme cela tout le monde est content les pratiquant de se petit passe temps plaisant se sent plus accepter au sein de la fqme les assurances aussi et les propriétaires terriens aussi.

    Donc si il vient qua t’arriver quelque chose en fessant du solo bien tu ne peu que t’en-prendre a toi même.

    Charles.

Leave a comment