Une autre technique pour éviter les accidents en rappel

Home Forums Varia Une autre technique pour éviter les accidents en rappel

Vous lisez 32 fils de discussion
  • Auteur
    Messages
    • #4448
      OtdoyOtdoy
      Participant

      L’accident à Zion cette semaine fait de la peine. Encore une mort par erreur de rappel! Les cordes n’étaient pas balancées, un brin arrêtait à 10 mètres du sol et le grimpeur est tombé rendu là. Ce genre d’accident arrive à chaque année, et ce depuis la naissance de l’escalade encordée. Comment ça se fait qu’on ne l’a pas encore éliminé? Le pire c’est que je m’expose moi-même à ces situations parfois. C’est ridicule et il est temps de changer nos comportements..

      Cette semaine j’ai trouvé une alternative à l’option des noeuds au bout de la corde. Ben Iseman de Toronto propose une technique qui protège le premier grimpeur à descendre. Je l’affiche ici pour savoir ce que vous en pensez. (Beaucoup de détails spécifiques aux rappel omis dans les images, afin de simplifier la présentation.)

      L’idée de base c’est que l’extrêmité d’un brin (le brin rose dans l’image) est attachée au grimpeur qui descend premier en rappel. L’autre extrêmité est fixée avec une boucle temporaire à la station de rappel (i.e. le brin vert est clippé au rose). Le grimpeur rappel sur les deux brins comme d’habitude. Mais vu qu’il est attaché sur la rose et que la rose est bloquée en-haut, rendu au bout des cordes il est impossible de continuer à descendre.

      Quand le grimpeur est rendu en bas, il balance les cordes, sécurise le bouts si nécessaire et signale « rappel libre ». Le grimpeur en-haut défait le blocage avant de descendre en rappel.

      ———————————————————–

      Ceci peut être intégré aux rappels séquentiels sans perte de temps.

      En arrivant à la station de rappel suivante, la première personne à descendre (1) passe le brin qui sera à tirer à travers l’anneau de rappel – comme d’habitude. Mais avant de la dropper il (2) fait une boucle dans l’extrêmité et le clip à son harnais. Il peut également (3) sécuriser l’extrêmité de l’autre corde, séparémment. Ceci sécurise le rappel du grimpeur suivant. Il peut défaire le blocage temporaire en haut.

      Quand les deux grimpeurs ont descendu, on libère le bout de la corde verte et on tire sur la rose, tout en la faisant avancer dans l’anneau de rappel – comme d’habitude.

      Quand le milieu des cordes arrive à l’anneau, on fait un noeud papillon dans la verte et on le clip à la rose. La boucle est fermée et c’est prêt pour le rappel suivant – celui attaché au bout du brin rose est sécurisé. (Bien entendu, la couleur de corde à tirer alterne à chaque station de rappel.)

      Un avantage à ce système est que les noeuds restent toujours à portée de main. Mettre des noeuds aux bouts des cordes est safe aussi, mais perso j’aime moins ça, en montagne on court toujours le risque qu’ils coincent à quelque-part. Mais peu importe comment on fait. Il est grand temps qu’on mette fin aux accidents de rappel!

      • Ce sujet a été modifié le il y a 3 years et 7 months par Otdoy Otdoy.
    • #4451
      Bruno
      Participant

      Pourrais-tu tout simplement clipper les deux fins de brins sur ton harnais?

    • #4452
      Anonyme
      Inactif

      Si le deuxième à descendre installe son prussic sur les 2 brins près du point de rappel une fois le premier décollé, me semble que ca ferait assez de friction pour éviter le glissement advenant que le premier sorte d’une des corde, ou du moins le ralentir assez pour éviter une chute libre. Et ça n’ajouterais pas d’étape au rappel.

    • #4453
      Dan (Ti-Bum) Morin
      Participant

      Ça semble intéressant comme méthode. Le hic c’est que les personnes qui meurrent en rappel sont celles qui ne prennent même pas le temps de mettre des noeuds au bout de leur(s) corde(s) ou de mettre un prusik…Ce sont généralement les mêmes qui grimpent pas de casque. 🙁

    • #4454
      Patrice Beaudet
      Participant

      La hantise du rappel est de voir ses cordes se prendrent lors de la récupération. Le noeud en huit supplémentaire additionné du mousqueton n’aide pas, déjà qu’on a éliminé le noeud de pêcheur trop encombrant, pour ne pas coincer dans des branches ou étranglement de roche. En plus, il est toujours préférable d’avoir toute sa corde en bas de soi. Si des amas de cordes sont laissés plus haut et qu’elles coincent, t’es bon pour une partie de Ti-Bloc & de Vers à Soie!

      J’attache toujours mes 2 bouts de cordes ensemble (et non pas un noeud individuel sur chaque brin, ne faite pas ça!) avec un bon gros EIGHT on the bite à 1 pieds de l’extrémité, sauf au dernier rappel lorsque JE VOIS mes cordes toucher le sol.

      Tout ça c’est simple, minimum gear et sécuritaire avec un Machard derrière le descendeur.

      Belle présentation Arian!

      • Cette réponse a été modifiée le il y a 3 years et 7 months par  Patrice Beaudet.
      • Cette réponse a été modifiée le il y a 3 years et 7 months par  Patrice Beaudet.
      • Cette réponse a été modifiée le il y a 3 years et 7 months par  Patrice Beaudet.
      • Cette réponse a été modifiée le il y a 3 years et 7 months par  Patrice Beaudet.
      • Cette réponse a été modifiée le il y a 3 years et 7 months par  Patrice Beaudet.
    • #4460
      OtdoyOtdoy
      Participant

      Merci de vos commentaires. L’important c’est qu’on en parle… et qu’on utilise chacun la technique qui mieux nous convient afin d’éliminer une fois pour toute ces accidents de rappel!

    • #4461
      OtdoyOtdoy
      Participant

      Bruno : oui rien n’exmpêche de descendre avec les deux brins clippés.

      Il reste que les deux brins nous suivent déjà dans notre ATC, lors du rappel. Donc les deux sont à la main.

      Dans cette technique, seulement le brin fixe est nécessaire à la sécurité. Alors on peut descendre juste avec celui-là clippé.

    • #4462
      Jean Francois
      Participant

      Le deuxieme grimpeur peut aussi clipper son atc d`avance , il me semble que cela empecherait tout coulissement de corde a travers le relais , créant deux cordes fixe ?

    • #4463
      chuck freedomchuck freedom
      Participant

      Y a t-il déjà eu un accident en rappel alors qu’il y avait un bon nœud sur chacun des bouts des cordes ou un bon noeud sur les deux brins ???……je crois que NON.

      J’crois que de proposer de nouvelles façons ne réglera pas le problème… les personnes qui font pas la méthode  »SIMPLE » (2 nœuds ou 1 nœud) ne prendrons pas plus la peine de faire plus  »compliqué ».

      Ce qu’il faut changer c’est  »l’attitude »… cet espèce d’empressement à vouloir descendre subito presto pour passer à une autre grimpe… ou pire… pour avoir l’air d’un  »vrai » en faisant un rappel rapide  »hollywoodien » avec de beaux p’tits sauts.

      Passons donc simplement le mot… en rappel…toujours;

      -faire un bon nœud…nœud en double ou triple à 1m des bouts de chacune des cordes…ou nœud en 8 double bien serré sur les 2 brins 1m des bouts…pour votre dernier rappel se rendant au sol…si vous  »décidez » de pas mettre de nœuds c’est que vous avez une confirmation visuelle ou par un autre grimpeur que vos bouts touchent au sol… en paroi…y’a pas de conditions pour ne pas en faire.

      -utiliser un nœud autobloquant pour  »backer » votre rappel,

      -sécuriser vos cordes en rappel multi-longueurs…ce qui veut dire; le premier qui descend sécurise les bouts au nouveau relais avant de libérer le rappel (y’a différentes façons de le faire)… ne pas oublier de dénouer nœud d’embout avant de rapatrier/tirer les cordes… revérifier nœud de jonction à chaque rappel.

      PETITE CHOSE ÉPEURANTE QUE JE VOIS DE PLUS EN PLUS…le nœud de guide (nœud de jonction pour relier deux cordes…qui consiste en un nœud simple à 1m des bout… (en y ajoutant un deuxième nœud d’arrêt simple, il a moins de chance de rouler))…et bien ce nœud, je le vois de plus en plus utilisé pour nouer un anneau de cordelette sur des stations de rappel  »improvisées »… avec bien sur que quelques cm de corde qui dépasse du nœud… au lieu de simplement faire un pêcheur double…J’ai même vu quelqu’un avec un anneau de prussik avec nœud de guide pour fermer l’anneau !!! Y’a malheureusement quécun qui va bientôt se tuer lorsque le nœud de sa cordelette va rouler et  »gober »les quelques cm de  »sécurité » laissés!!!

      Le noeud de guide peut rouler ( plus si pas  »propre » ou pas bien serré)…il requiert un minimum de 50cm de  »queue » (dans mes formations je suggère 1m et un deuxième nœud simple d’arrêt).

      En configuration 8 (aussi connu comme EDK; Euro Death Knot) il  »roule » encore plus.

    • #4464
      OtdoyOtdoy
      Participant

      Excellent commentaire sur les noeuds sur anneau de cordelette Chuck. Quand on laisse un truc sans supervision dans Nature, c’est important que ça soit stable. Il n’y a rien de plus stable qu’un noeud de pêcheur!

      Y a t-il déjà eu un accident en rappel alors qu’il y avait un bon nœud sur chacun des bouts des cordes ou un bon noeud sur les deux brins ???……je crois que NON.

      Moi j’en ai un… bon, pas tout à fait un accident, mais certainement un grave problème. Une fois on était en montagne, entre deux rappels, et je tirais sur les corde pour les récupérer. Hé bien, on avait oublié de défaire le noeud à l’extrêmité de la corde libre… et on l’a vu seulement quand il était rendu ben trop haut pour le rattraper. Ça nous a mis dans le pétrin. On en connait d’autres qui ont fait la même erreur. Par exemple des amis sur le Gros Bonnet qui ont du couper leur corde restante pour continuer les rappels in extremis. Personnellement j’ai fait un choix personnel de laissér les noeuds au bout des cordes. Mais ça prend un autre truc de sécurité, comme cette technique proposé par Ben par exemple.

    • #4471
      chuck freedomchuck freedom
      Participant

      Dénouer le noeud d’embout avant de rapatrier fait partie des étapes dans cette methode… oublier cette étape peut bien sur créer des  »problèmes »… tout comme il risque d’y avoir des problèmes si on oubli une étape dans la méthode de Ben Iseman.

    • #4472
      maxfree
      Participant

      Pas sûr que je comprends tes préoccupations Chuck. Ce que tu appelles le noeud de guide, est-ce ce qui est utilisé par Otdoy dans sa présentation? Tu suggères de le doubler pour ne pas qu’il roule sur lui-même?
      Est-ce aussi ce noeud utilisé (sans le doubler) dans ce « How to » de Climbing Magazine ? https://www.youtube.com/watch?v=yzpaXduR3UQ

    • #4474
      OtdoyOtdoy
      Participant

      Dénouer le noeud d’embout avant de rapatrier fait partie des étapes dans cette methode… oublier cette étape peut bien sur créer des »problèmes »… tout comme il risque d’y avoir des problèmes si on oubli une étape dans la méthode de Ben Iseman.

      Exact, peu importe la technique qu’on utilise, les oublis font partie de l’équation, encore plus avec la fatigue de fin de journée. Alors une raison que j’aime la technique proposé par Ben, c’est qu’on ne s’éloigne jamais des noeuds, ils restent toujours à portée de main.

    • #4475
      Patrice Beaudet
      Participant

      Le noeud en huit permet de dénouer les cordes plus facilement une fois au sol.
      Première étape du noeud en huit sécurisé par l’Europeen Death Knot (EDK).
      Rapprochement des 2 noeuds en 2ème étape.

      • Cette réponse a été modifiée le il y a 3 years et 7 months par  Patrice Beaudet.
    • #4481
      chuck freedomchuck freedom
      Participant

      Maxfree… oui c’est bien ce noeud… il y a eu beaucoup d’incidents lorsque ce type de noeud est arrivé (en mode simple/noeud de guide et en mode 8/ EDK) pour différentes raisons; pas proprement fait (croissement) pas suffisament serré… pas assez de  »queue ».

      Il y a eu alors beaucoup de  »tests » faits pour vérifier la chose.

      https://user.xmission.com/~tmoyer/testing/EDK.html

      Ce n’est qu’un des tests…il en réfère à d’autres….et il fait quelques recommandations simples…

      I think both knots are a bad choice for tying slings.

      Adding a safety by tying a second overhand on top of the first is probably a good idea.

      Les résultats utilisant différents diamètres… propre/pas propre…serré/mal serré…cordes sèches/mouillées…sont intéressants.

      Comme les tests démontrent qu’il  »roule »… dans mes formations je suggère simplement de mettre + long de queue (ça coute rien en temps) et d’y ajouter un noeud d’arrêt/second overhand (quelques secondes en temps)… alors dans l’éventualité d’un noeud pas propre/mal serré… ça donne une chance.

      Dans le vidéo HOW TO , dans ce test…. les deux recommande minimum de 12 à 18 pouces (25 à 40cm)… Petzl parle de 40 à 50cm de queue… lorsque je le vois sur des cordelettes ou sangle…y’a que 2 ou 3cm de queue … d’ou ma PEUR d’un éventuel accident.

    • #4482
      chuck freedomchuck freedom
      Participant

      Le plus récent test que j’ai trouvé…par l’ENSA… voir celui sur noeuds de jonction

      Mais comme je travaille souvent avec des débutants…je maintien mes recommandations; noeud de guide + noeud d’arrêt/ 1m des bouts.

      Simple à convaincre; vous voulez utiliser un noeud avec le mot GUIDE ou avec le mot DEATH.

    • #4483
      chuck freedomchuck freedom
      Participant
    • #4484
      Patrice Beaudet
      Participant

      J’ai bien aimé ce dernier article Charles. C’est tout de même impressionant qu’un simple repassage de cordes dans le noeud le rendre complètement obsolète. Bravo!

    • #4485
      chuck freedomchuck freedom
      Participant

      Dans cette histoire il y a eu  »importation » d’une façon de faire.

      Repasser les bouts (Yosemity finish) dans le coeur du noeud en huit pour l’encordement est une pratique  »reconnue » (si fait de la bonne façon).

      Mais utiliser cette façon de faire lorsque le noeud est en mode jonction/EDK… tout simplement pas applicable… triste.

      Perso j’aime moins le huit/EDK car lorsqu’il roule, il  »gobe » plus de corde qu’en version simple/guide… je crois que c’est d’ailleurs à ce moment qu’il s’est fait  »brandé » EDK. Et que maintenant beaucoup nomme ce mode de jonction; l’EDK… (noeud qui passe mieux sur les rebord) qu’il soit en simple ou en huit.

    • #4486
      chuck freedomchuck freedom
      Participant

      Alors une raison que j’aime la technique proposé par Ben, c’est qu’on ne s’éloigne jamais des noeuds, ils restent toujours à portée de main.

      Bon point… si on fixe simplement les deux bouts sur nous… on en garde un meilleur contrôle.

      Le + du noeud de jonction (en mode simple ou 8) est de moins se coincer sur les rebords lorsque l’on rapatrie les cordes. Ce que j’aime moins de la méthode de Ben…c’est l’ajout d’un noeud  »accrocheur »… bien qu’une fois le premier rendu au prochain relais et les bouts sécurisés…le second a descendre peu retirer ce noeud avant de partir. Comme d’autres le mentionnent si le second préinstalle son atc… l’effet est le même qu’avec le noeud… et sauve des étapes.

      Comme vous voyez (de par quelques recherches) j’ai choisi de nommer la version simple; noeud de guide… et version 8; EDK… simplement pour simplifier lorsque j’en parle. Je maintien le  »branding » EDK pour la version 8 parce que je crois qu’il y a plus de  »chances » d’être mal utilisé… (l’histoire le démontre)… bien utilisé il est OK.

      Je tente de retrouver un article/test qui démontrait qu’en version 8, l’ajout d’un noeud d’arrêt n’empèche pas le roulement. En fait pour le 8… c’est plus un pivotement qu’un roulement… le noeud pivote sur lui même et se reproduit plusieurs cm plus loin.

      A suivre…

      Merci Otdoy pour ce rafraichissant tread…

    • #4487
      OtdoyOtdoy
      Participant

      C’est bien qu’on en parle, et qu’on relance l’importance de la sécurité en rappel. Un accident en rappel c’est la chose la plusse stupide, la plusse évitable. Finissons-en!

    • #4489
      Dan (Ti-Bum) Morin
      Participant

      Moi je fais des triples fishermans, mes noeuds sont jamais restés pognés, sont solides en tab#??.

      Pis sont durs en tab#$? à défaire une fois au sol.

      But who cares? Ça fait de quoi à faire au camp avec une tite frette! 😀

    • #4500
      Serge-Alexandre
      Participant

      Whoa… ya du stock ici! Bon j’y vais de mon point de vue – WATCH OUT ;P

      1) Joindre 2 cordes pour le rappel (et autres jonctions de cordes&sangles):

      Test de Black Diamond (non-exhaustif mais tout de même représentatif)

      Par ces tests on peut facilement voir que le noeud « overhand » pour joindre 2 cordes est parfaitement adéquat, comme toute autre chose seulement s’il est bien fait, pour descendre en rappel. Avec des bouts qui dépassent de 40cm et plus (longueur de ton coude jusqu’au bout des doigts), le noeud dit de « sécurité » est aucunement nécessaire et même à éviter parce qu’il augmente le potentiel de coincement – la raison pour laquelle on utilise le noeud overhand. Pour les personnes qui travaillent en hauteur, ce noeud doit sûrement être un incontournable, sûrement à cause des normes de CSST et des précédents d’accidents (le gars/filles, même payés à l’heure, sont toujours pressés 😉 ). Mais, si la corde coince sur un chantier, il y pas mal moins de chance que tu crèves là que dans le fin fond du bois ou à 5000m d’altitude accroché dans ton harnais… vous réfléchirez à ça. Asteur, on va checker un peu les chiffres de BD et qu’est-ce qu’ils nous disent. Dans le pire des cas des tests, soient les plus petits diamètres (8.1mm + 8.1mm) de cordes attachées ensembles avec le noeud overhand (notre fameux Euro Death Zombie Knot – EDK) ils ont eu comme résultats 2850 livres force (lbf) avant que les cordes ne se détachent l’une de l’autre. Si on regarde sous le tableau, il est indiqué que le noeud commence a glissé (ce qu’on veut éviter) à environ 2000lbf. Pour qu’on puisse s’imaginer quelle force ça prend, 2000lbf c’est l’équivalent de 8,9kN… Soit pas vraiment loin d’une tonne littéralement (907 kg), de manière statique. Et plus t’approche du sommet du mont Everest, plus tu peux t’en permettre, mais on se gardera ça pour une autre discussion 😉
      Ce qu’on remarque aussi avec ce tableau de BD, c’est la courbe descendante proportionnelle au diamètre des cordes liées ensembles! Avec le peu de données qu’il y a, on ne peut pas retrouver une courbe exacte, mais 2 cordes attachées ensembles de 10.2mm + 10.2mm commencent à glisser à 4000lbf et celles de 8.1mm + 8.1mm à 2000lbf!!!!! 50% de moins pour 2mm Donc, imagine ce qui se passe avec des cordelettes liées de 5mm + 5mm… Toi + un canari qui a mangé lourd qui se pose sur ton épaule (exagéré mais pas ben ben) et ton noeud peut commencer à glisser et ultimement se défaire… Fucking dangereux. Pour n’importe quelle autre utilisation de jonction de corde, autre que le rappel, ou pour la jonction de cordelettes ou de sangles, il faut faire un noeud plus solide et approprié pour l’utilisation. Dans le cas des sangles, pour les stations de rappel, il faut utiliser le noeud « water-knot » et pour les cordelettes le noeud « fisherman double« . Ces 2 noeuds sont beaucoup moins dépendant du diamètre pour leur résistance.

      2) Descendre en rappel asteur…:
      Oufff j’avoue que la méthode de Ben à l’air béton, mais j’ai quasiment saigné du nez en essayant de l’assimiler… Et comme l’a dit si bien @Dan (Ti-Bum) Morin, les gars/filles qui se donnent pas la peine de faire des noeuds aux bouts de leurs cordes, jamais dans 100ans ils vont commencer à faire cette technique. @Chuck freedom à raison, c’est par la sensibilisation et l’insistance que ça va sûrement faire la différence. Dans toutes mes lectures et mes apprentissages sur l’escalade, on insistait sur les relais ERNEST, SERENE et je sais plus trop les équivalents français. Mais, on insistait jamais autant sur la séquence de rappel. Pourtant, cette démarche de rappel est encore plus séquentielle que la construction d’un relais. On devrait s’entendre et partir un acronyme pour que quelque chose de concret ressorte de notre discussion!
      Bon de mon côté, j’ai toujours fait des noeuds dans le bout des cordes… même pour un rappel de 5m. Je me connais, j’ai un déficit d’attention assez flagrant, donc, je ne me fais jamais confiance… Donc, ce qui arrive avec ce déficit d’attention, c’est l’oubli du noeud dans le bout des cordes… Comme le mentionnait @Otdoy, tu peux être dans marde jusqu’au cou à cause de ça. Pogné, 60m plus bas que ta corde coincée, quelque part où il est impossible de regrimper et/ou dégrimper… la journée va être pas mal plus longue que tu pensais. En y pensant bien, pour le séquençage, la rapidité et l’infaillibilité de la méthode, je pense que le best ce serait un mix de l’approche de @Patrice Beaudet, Ben et celle standard. Tu fais des noeud en huit double sur un bight de corde à 30cm des extrémités, tu clippes les 2 cordes individuellement à ton anneau d’assurage, sous le stock de rappel et POW tu pars. Pas de cordes qui vont aller se pogner dans les cèdres 20m à gauche, impossible de passer au bout de la corde, rien de gênant dans le haut de la corde quand tu vas tirer. Le 1er gars/fille qui rappelle, déclippe la corde à tirer, enlève le mousqueton défait le noeud, la repasse dans la station de rappel, refait le noeud, reclippe. Ensuite, il faut être crissement débile pour oublier le noeud avant de tirer les cordes – la corde est encore après toi, sur ton harnais – . C’est là que la méthode de Ben est plus efficace cependant, car quand tu tires la cordes, dans la méthode à Ben, tu la calisses en bas et tu t’en fou après. Mais ici il faut la retirer et refaire le noeud en 8 sur un bight et la reclipper à ton harnais. Ensuite – POW tu remets ton ATC, ton prussik ou autre noeud de friction pour l’escalade, ton chum fait un petit check-up et toi tu y dis « Hey le/la cave, fait ça comme faut parce que je serai pas là pour te double-checker » et tu pars. Voilà. Bis bis bis jusqu’en bas.

      Bon, faudrait que je fasse autre chose de ma journée! Faut qu’on trouve un acronyme!

    • #4501
      OtdoyOtdoy
      Participant

      qq’un a pris du café à matin! 😀 😀 😀

    • #4502
      Padawan
      Participant

      Pas certain d’avoir tout pigé?!
      Vive les crashpads et les sexy spotteuses!

    • #4503
      chuck freedomchuck freedom
      Participant

      Dans mes formations je propose une  »séquence de manoeuvres » pour le rappel… mais d’abord je leur donne  »la règle d’or »… GARDE LE CONTRÔLE DE TES CORDES.

      Y’a de multiples façons de perdre  »le contrôle des cordes ».

      -celle qui est au coeur de ce tread… passer tout droit en bout de corde!!! pas fait de noeuds d’arrêt en bout de corde ou pas fixer les bouts au premier qui descends… pas de confirmation que les cordes touchent au sol… » contrôle perdu »…

      -oublier de dénouer le noeud d’arrêt et tirer la corde… oups… y’e pu rejoingnable… »contrôle perdu »…

      -ne pas sécuriser les bouts… un p’tit coup de vent et hop…  »contrôle perdu »…

      -le poids de la corde qu’il n’est pas en butée… emporte l’autre corde… et y’a pas de noeud d’arrêt…  »contrôle perdu »…

      La séquence que je propose (et celle de Serge Alexandre) évite ces pertes de contrôle des cordes…

    • #4533
      Dan (Ti-Bum) Morin
      Participant
    • #4549
      Luc
      Participant

      Dan,
      l’article de Rock and Ice, c’est pas un EDK. Un belle erreur pour que le monde clique pour voir l’article et les publicitees.

    • #4556
      chuck freedomchuck freedom
      Participant

      Bon… appelons le; le NJQPBR (Noeud de Jonction Qui Passe Bien les Rebords).

      2 versions; en simple et en huit.

      Ni un ni l’autre sont recommandés pour joindre un anneau de cordelette ou de sangle… ce que pointe bien l’article.

      Les deux peuvent  »rouler » si mal fait… et en version huit ce  »roulage » gobe plus de corde….ce que pointe bien aussi l’article.

      Si bien fait…les deux sont OK pour joindre deux cordes pour le rappel… ce que confirme le video de l’ENSA et cet article ) brièvement.

      Le terme EDK semble être devenu le terme générique pour ce genre de noeud de jonction…un peu comme Klennex au lieu de dire mouchoirs… ATC au lieu de quincaillerie d’assurage…

      Si on s’attarde aux conclusions et non à comment il nomme la chose… on améliore notre sécurité.

      L’article aurait pu se lire; EDK  »misuse »… car c’est nullement mystérieux que ce noeud se soit défait si utilisé sur un anneau de sangle ou cordelette.

    • #4601
      Serge-Alexandre
      Participant
    • #4604
      Serge-Alexandre
      Participant

      Comme je les trouvais pourris les acronymes, voici les miens 😉 – vous pouviez pas vous attendre mieux venant de ma part 😜

      Pour les relais, watch out, j’ai bu pas mal de Kombucha avant de l’avoir… héhé:

      Les relais doivent être DICK proof:

      Doublé (Si n’importe laquelle des parties du relais venait qu’à lâcher, il y a de quoi qui back)
      Indestructible (Fucking bomb proof – Toi, ton partner et sa grosse tante obèse morbide assise sur cheval à bout de souffle peuvent être supporté par le relais)
      Clean (PAS de cluster fuck… de bouts de slings qui dépassent, 54 twists, 8 mousquestons avec un tas de corde par dessus)
      éKilibré (J’ai tout fait pour trouver mieux… mais je tenais trop à cet Acronyme baAH! – les points d’ancrage supporte de manière équivalente la charge qui sera exercée en cas de chute)

      Eeeeeeetttttt le système de rappel doit être in the FESSE:

      Fermé (il est impossible de sortir du système sans intervention – défaire les noeuds, défaire son descendeur, …)
      Égal (la force dans les 2 points du relais de rappel et le(s) corde(s) de rappel sont égaux)
      Solide (le relais et le noeud qui joint les 2 cordes – si c’est le cas – sont solides)
      Sécurisé ( la descente sera sécurisée par un noeud de friction en back-up)
      Examiné (une dernière fois avant de descendre)

      DICK proof
      in the FESSE

      Pow!

      Vous avez le droit de me trouver fucké 😜

      • Cette réponse a été modifiée le il y a 3 years et 7 months par  Serge-Alexandre.
    • #4629
      fran6
      Participant

      Peu importe le nombre d’années d’expérience (3 ou 30 ans), les accidents de rappels sont répartis également dans l’ensemble des grimpeurs et ce, peu importe le style pratiqué. réf: AAC « accidents in north american mountaineering » . Il y a donc des facteurs qui ne discriminent pas comme la fatigue, la déhydratation et la faim entre autres. Pour reprendre l’acronyme original de Serge-Alexandre… quand je suis claqué/distrait/j’ai faim/j’ai soif/etc… je pense pas trop aux « FESSE », j’ai juste hâte d’arriver en bas!

      C’est là qu’on doit reconnaître les signes qu’on n’est pas là à 100% pour ralentir le rythme et ensuite vérifier qu’on fait notre rappel correctement. Discuter et proposer des manoeuvres différentes c’est constructif, mais on doit pas perdre de vue notre état physique et/ou psychologique qui nous rendront « DICK » un jour ou l’autre avant un rappel.

    • #4634
      Serge-Alexandre
      Participant

      like 👍

Vous lisez 32 fils de discussion
  • Le sujet ‘Une autre technique pour éviter les accidents en rappel’ est fermé à de nouvelles réponses.