Grimper au pays de Fidel

Grimpeur: Patrick Pronovost | Photo: Jacques Lamontagne

Carnet de voyage – Cuba – Février 2014

Par Normand Hébert et Ginette Charbonneau

Cuba est une île extraordinaire pour les grimpeurs dans la mer des Caraïbes, nous y sommes allés en février 2014 et nous avons adoré ce pays.

Nous avons pris un avion en direction de Varadero, c’était à ce moment-là l’option la plus économique, ce qui ne semble plus être le cas. Nous avons vérifié dernièrement et les vols pour La Havane semblent l’option la plus rapide et aussi plus économique. Le meilleur endroit pour acheter les pesos cubains convertibles (CUC) c’est à l’aéroport, les files d’attente y sont moins longues que dans les banques.

Grimpeuse: Hinda Es-Sadiqi | Photo: Jacques Lamontagne

Grimpeuse: Hinda Es-Sadiqi | Photo: Jacques Lamontagne

Après une nuit de repos dans un tout inclus 3 étoiles absolument infecte dans Varadero, nous avons essayé de prendre l’autobus pour La Havane, mais sans succès. Nous n’avions pas de réservation et il n’y avait pas de place disponible avant plusieurs heures. Nous avons donc décidé de négocier avec un taxi clandestin. Ils n’ont pas le droit de sortir de Varadero, ils sont surveillés par une tour à la sortie de la péninsule. Nous avons réussi par l’intermédiaire d’un autre taxi, en laissant nos bagages seuls dans la première voiture à sortir de Varadero, même si nous étions surveillés par des gardes. Histoire rocambolesque, pour sauver quelques cent. Pas certain que nous avons épargné, mais un de nous deux s’est amusé comme un petit fou, au grand dam de l’autre. Devinez qui?

Le moyen de transport le plus efficace demeure l'automobile | Photo: Normand Hébert

Le moyen de transport le plus efficace demeure l’automobile | Photo: Normand Hébert

Après une nuit à La Havane, nous avons « encore » essayé de prendre l’autobus pour le petit village de Vinales. Mais à Cuba, il faut faire la file pour tout ce qui est gouvernemental, c’est long et nous ne sommes pas très pas patients. Nous nous sommes joints à deux jeunes anglais et nous avons négocié un taxi à 4 pour le même prix que l’autobus.

Rendus à Vinales, après une rencontre fortuite d’amis Québecois que nous n’avions pas vus depuis belle lurette, ils nous ont guidés pour la location d’une « Casa particular » tout près des sentiers de départ pour l’escalade, malgré le fait que nous n’avions pas de réservation, le choix de Casa était impressionnant.

Une casa particular | Photo: Normand Hébert

Une casa particular | Photo: Normand Hébert

Nous avons beaucoup aimé la vie dans ce petit village accompagné par le chant perpétuel des coqs qui se promènent partout dans le village, les casas sont propres et colorées, la bouffe y est simple, mais excellente et les Cubains sont vraiment sympathiques. Nous ne parlons pas un mot d’espagnol, mais nous avons réussi à nous faire comprendre avec un peu d’Anglais et beaucoup de langage des signes.

En ce qui concerne la raison principale de notre voyage « l’escalade » beaucoup de parois sont accessibles à pied, sinon petite promenade en moto ou taxis rétro des années 1950.Les parois ont des formations superbes faites de calcaires et remplies de tufas [ndlr: sorte de stalactite de calcaire].

La meilleure saison pour y grimper est de décembre à mars, car il y a moins de pluie et c’est plus froid. Je dirais entre 15 et 25 degrés Celsius, mais attention, nous avons eu quelques nuits fraîches et ils n’ont pas de chauffage.

Vous devez apporter votre matériel d’escalade, je n’ai pas vu de magasin de plein air à Vinales et nous avions acheté notre topo en ligne avant le départ.

Les auteurs à Cuba

Les auteurs à Cuba

Au moment où nous y sommes allés, l’escalade était illégale, mais nous n’avons eu aucun problème. Maintenant, Paul Lapérrière (selon moi la sommité au Québec en ce qui a trait à l’escalade à Cuba) de l’école Passe-Montagne a annoncé sur la page Facebook de son école que la grimpe-y était maintenant légale.

Cuba fait parti de nos tops 5 pour l’escalade, la beauté pittoresque du village, les gens et la bonne bouffe ont fait de ce voyage une très belle expérience que nous recommandons à tous, que de beaux souvenirs.

Pour mieux vous préparer :

www.cubaclimbing.com

www.mountainproject.com

www.cubaescalada.org

3 Comments on "Grimper au pays de Fidel"

  1. Je suggère fortement de réserver votre casa particular avant d’arriver à Viñales.
    L’an passé,il y avait beaucoup,beaucoup de touristes et certains ont eu de la difficulté à se loger.
    Maintenant que les états-uniens ne se ‘retiennent’ plus pour y aller,j’anticipe une plus grande affluence ces prochaines années.
    Viñales n’attire pas seulement les grimpeurs mais les touristes de toutes sortes.
    Les gens viennent de partout pour chiller dans ce beau village montagneux.
    Je recommance la casa de Luis et Geily qui se nomme ‘La Escalada’.
    Luis est un des tops grimpeur là bas et sa femme Geily est une hôtesse avec toutes les attentions pour un cool séjour près des crags.
    Enjoy 😃😎

  2. Je me demandais quel budget aurai-je de besoin pour ce trip et de combien de temps Minimum (une semaine est-ce assez)

    Merci

  3. Une semaine c’est court, mais c’est possible. Compte 550$ pour l’avion pour la Havane, 40$ d’autobus Allez-retour Vinales et nous vivions pour un 25S par jour par personne pour le logement et la nourriture……..Bonnes vacances

Leave a comment