Grimpette au Parc des Palissades de Charlevoix

L'auteur, Stéphane Lapierre, à droite au cours d’une tentative dans À l’Ombre du Pilier. Francois Roy à la recherche de fissures vierges dans le secteur du Pilier. - Photos: François Roy et Stéphane Lapierre

Par Stéphane Lapierre

Le Parc des Palissades de Charlevoix se trouve tout près de l’embouchure du Saguenay, à un traversier à peine de Rivière-du-Loup et de Kamouraska. Pour la plupart des grimpeuses et grimpeurs qui visitent les lieux ces dernières années, l’objectif numéro un, c’est la Sport 400. Ce 5.7 de 400 m complètement équipé attire aujourd’hui presque toutes les amatrices et tous les amateurs de grimpe qui visitent la place. Pourtant, on y retrouve des dizaines d’autres voies, sport, mixte ou trad, de 5.4 à 5.13, dont certaines des plus belles fissures du Québec.

À Noël 1985, ne connaissant pas grand-chose à l’escalade de glace et encore moins à l’escalade mixte, ce sont justement ces fissures qui nous attirées, mon copain François Roy et moi. Les Palissades nous semblaient l’endroit parfait pour améliorer notre art de l’artif et pour jouer aux explorateurs en ouvrant de nouvelles voies. Armés de quelques bicoins, de quelques Friends, d’étriers, de Jumards, d’une grande motivation et de beaucoup de naïveté, nous nous sommes donc engagés dans ce qui est devenu ma première grande aventure d’escalade hivernale. Trois jours à dormir dans un refuge impossible à chauffer et à rechercher des nouvelles lignes. Sans frontale, il nous fallait redescendre avant la nuit, qui vient particulièrement tôt à la fin décembre. Les deux premiers jours, on a donc dû battre en retraite à quelques mètres du sommet des voies tentées. En essayant d’aller vite (pour sortir au sommet) malgré mon incompétence en artif, j’ai alors fait ma première (et dernière) chute de facteur deux à vie. Ouch !

Le troisième jour, fort de l’expérience des deux jours précédents (on s’améliore vite quand on part de ZÉRO), nous avons atteint le sommet de Fantasme, l’une des plus belles fissures des Palissades. Une grosse source de fierté dans mon cœur d’ado! J’ai eu le plaisir de gravir Fantasme en libre à quelques reprises par la suite, mais en été.

Alors si vous visitez les Palissades en hiver, sachez qu’il est toujours possible d’y faire de l’artif même si ce n’est pas très à la mode. Sachez aussi que depuis les années ’90, c’est habituellement avec des crampons et des piolets que les grimpeuses et grimpeurs visitent les Palissades en hiver. Et si c’est une destination qui vous intéresse, vous trouverez ICI le lien vers la dernière mise à jour concernant l’escalade de glace et mixte de l’Est de Charlevoix.

N’oubliez pas que si vous voulez commenter les mises à jour ou y contribuer, vous pouvez me contacter à glaceroc@hotmail.com. Amusez-vous bien!

François Roy au départ de la seconde longueur de Fantasme. – Photo: Stéphane Lapierre

Be the first to comment on "Grimpette au Parc des Palissades de Charlevoix"

Laissez un commentaire