L’Arche Deguire commentée par Carl Darveau

NDLR: Hier on vous apprenait l’ouverture de L’Arche Deguire sur le Pic de l’Aurore. Entre-temps, Carl Darveau m’a fait parvenir le commentaire suivant sur l’ouverture de la voie.

Comme à tous les ans, on est toujours attiré par une fin de saison tardive au Pic de l’Aurore qui offre des paysages spectaculaires. Comme si c’était notre destiné, à chaque fois, il y a un morceau de glace différent qui apparait sur le mur et semble nous appeler.

Cette année, deux colonnes de glace dans l’arche étaient présentes et nous ne les avions jamais vues auparavant. Jours un, on descend dans la voie avec les papillons entremêlés de la crainte de cet imposant mur. Nous réalisons que la voie semble faisable et très jolie. Nous décidons donc de commencer à équiper avant de réaliser que de gros bloc de roche dans l’arche sont trop instable pour continuer. Le soir, un peu découragé et après voir discuté nous n’arrivons pas à prendre de décision. La nuit porte conseil comme on dit.

Le lendemain matin, armé d’un bon pied de biche, on repart à l’aventure. Deuxième journée à crisser de la roche en bas et installer des bolts. Je m’amuse à tirer quelques petits cailloux sur le beau manteau neuf à Jeff et on prend de bonne collations santé à la grotte 302. En fin de journée on analyse le passage du lendemain question de voir s’il est bel et bien réalisable.

Jour trois, on attaque la grimpe. En gros, une superbe voie très variée que l’on a capté par plusieurs de petites séquences vidéo qui seront peut-être dans un hiver normal 5, qui sait? Première longueur composée d’une rampe de neige et une fin en glace. Le relais de la deuxième longueur est muni d’une toilette très confortable et se poursuit par une longueur mixte donc quelques petits coinceurs sont nécessaires. Ensuite après votre pause a la grotte 809, l’imposant toit demande énormément d’énergie. L’autre relais est sur un pétale de glace un peu fragile et se poursuit par une longueur délicate se finissant sur un beau rideau de glace.

J’étais vraiment heureux d’être seul sur le cliff avec mon chum Jeff et profiter de la dernière grimpe en glace de l’hiver. Merci encore une fois d’avoir été aussi bien accueilli au camp de base.

Be the first to comment on "L’Arche Deguire commentée par Carl Darveau"

Leave a comment