Le Karakoram alpine style

Photo: Sebastian Pelleti

Malgré leurs efforts acharnés, Ethan Berman, Sebastian Pelleti et Maarten van Haeren, alpinistes d’élite tentant l’ascension du pilier sud-est de l’Ultar Sar (7 388 m) dans la chaîne du Batura Muztagh, sont rentrés les mains vides.

« L’expérience a dépassé toutes mes attentes, » a confié Pelleti. « Des défis montagneux complexes, des approches techniques, une acclimatation ardue, des vallées vertigineuses, des conditions piégeuses, des rencontres inoubliables, une cuisine savoureuse, et une avalanche de moments intenses. »

« Sans grande surprise, nous n’avons pas atteint notre objectif cette fois-ci, » a ajouté l’Australien.

Ce « sans grande surprise » souligne une réalité: contrairement aux expéditions bien soutenues sur des itinéraires classiques, les voies ardues sur des sommets techniques offrent rarement la victoire. Pelleti résume : « Ces montagnes nous confrontent à un niveau de complexité inédit. » L’équipe a consacré sept semaines à cette aventure.

Chez nous on connait bien Maarten van Haeren, installé dans l’Ouest Canadien, pour ses ascensions dans les Hautes-Gorges et la Côte-Nord avec Charles Roberge, Jasmin Fauteux et JP Bélanger.

L’espoir persiste sur le Pumari Chhish
Pendant ce temps, Mathieu Maynadier, une autre figure connue chez nous, et les frères Ladevant, fin prêts et acclimatés, s’apprêtent à s’attaquer au Pumari Chhish Central. L’équipe française a déjà déposé du matériel à 6 000 m sur la face il y a quelques jours.

« Hier, nous avons poussé jusqu’à 6 100 m sur la face, mais les conditions météo nous ont bloqués, » a rapporté Maynadier depuis le camp de base. « Il ne nous manque plus qu’une fenêtre météo favorable de cinq jours pour tenter l’assaut final ! »

Be the first to comment on "Le Karakoram alpine style"

Leave a comment