Le problème humain sur les montagnes populaires

Le journal The Gardian rapportait cette semaine que le Denali croule sous les excréments humains. Selon Michael Loso, géologue des glaciers, environ 36,000 montagnards sont passés sur Denali entre 1951 et 2012, laissant quelques 215,000 livres d’excrément sur le glacier Kahiltna. Au revoir blancheur immaculée !

Pour pallier au problème, le Service des Parcs Nationaux Américains fournit aux visiteurs des sacs biodégradables et demande qu’on ramasse nos selles pour les balancer ensuite dans une crevasse. Ce qui ne règle pas le problème et ne fait que le déplacer.

Ce problème n’est pas unique au Denali car la même problématique se retrouve tant à l’Aconcagua qu’à l’Everest. Bien qu’en Argentine on demande aux visiteurs de rapporter ses excréments dans des sacs, les abords des camps sont souvent nauséabonds en raison de l’urine accumulée et aux gens qui ne ramassent pas leurs besoins. Même au K2, beaucoup moins achalandé, j’ai constaté cette problématique. Il faut comprendre qu’à cette altitude et à ce froid, les biomasses ne peuvent se détériorer.

Au-delà de l’aspect esthétique, ceci a une incidence directe sur la santé des visiteurs car ils dépendent de la fonte de neige, qui est contaminée, pour s’hydrater et se faire à manger.

Bon appétit!

Be the first to comment on "Le problème humain sur les montagnes populaires"

Leave a comment