Le temps qui passe

Par Stéphane Lapierre

Cet hiver, la vie m’a amené à réfléchir à ce qui compte pour moi.
En général, mais aussi en escalade.
Je me suis ainsi rappelé que pour faire passer un projet de rêve à réalité, il faut un plan.
On ne peut pas qu’y rêver.
Et c’est ce que je me suis efforcé de mettre en application depuis l’automne.

Se termine donc l’hiver le plus satisfaisant de mes quinze derniers en termes d’escalade.
Et cela m’a permis de réaliser quelques beaux projets, dont l’un datait du début de mon adolescence, il y a 35 ans.
Parmi la dizaine de nouveaux itinéraires que j’ai tracés cet hiver, voici les trois plus satisfaisants.


Cœur de Lion
Juste à côté du Lion de Léopold. Un projet que j’hésitais à essayer parce qu’il semblait trop dur à protéger, la glace y étant très mince au départ. Mais finalement, le rocher fissuré et les coinceurs sont excellents. Avec en prime le fleuve sous les crampons et Charlevoix en arrière-plan. Une ligne très esthétique.

35 tours du Soleil
La sortie directe par la face rocheuse en haut à droite du Couloir Rioux. J’y rêvais depuis le début des années 1980 et l’avais déjà essayé quelques fois au cours des quiunze dernières années. Une très belle ligne avec de la mauvaise roche difficile à protéger dans une face austère au feeling très alpin. La protection y est si mauvaise, j’ai finalement dû me résigner à y placer 15 bolts sur les trois longueurs, dont deux relais. Une voie comparable aux voies les plus difficiles de la face nord du mont Saint-Pierre, mais en version plus longue, plus soutenue et plus engagée. Gravie en compagnie de François Genin, qui n’était même pas né la première fois que j’ai imaginé cette voie.

Samsara
Un autre vieux projet auquel je réfléchissais depuis 18 ans et qui tend à démontrer que l’on ne peut parfois mesurer son désir que par le temps qui passe. Gravie en compagnie de Patrick Raymond. L’une des plus satisfaisantes voies de mixte de ma vie. Un superbe pilier de granite soutenu sur deux longueurs avec ensuite une sortie directe glace-neige-roc vers un sommet avec vue à 360°. Une ligne tripative et très bien protégée (rare dans les voies de mixte) qui m’a amené proche de l’orgasme.

1 Comment on "Le temps qui passe"

  1. Beau récit Stéphane. Les voies ont l’air superbes.

Leave a comment