Les grandes classiques : La Granuleuse

Itinéraire de la Granuleuse sur le Dôme dans les Grands Jardins.

Nous inaugurons une nouvelle série d’articles consacrés aux grandes voies classiques du Québec. Le but est de non-seulement faire connaitre ces voies, mais aussi de faire vivre les émotions que certains grimpeurs y ont vécues.

La Ganuleuse (5.6) – Grands Jardins

Par Ian Bergeron

« Par où ça passe? » Voilà la première chose qui m’a traversé l’esprit quand j’ai regardé le vaste mur du Dôme pour la première fois. En regardant le livre guide de Yannick Girard et Stéphan Plamondon, je tentais de trouver l’itinéraire de la voie et son départ. C’était en 2005 et j’étais à ma première visite dans les Grands Jardins. Je me rappelle l’effet que m’avait fait l’endroit lorsque j’avais admiré les 3 massifs de la vallée du Pied-des-Monts. Je me sentais au nirvana malgré que je fusse quelque peu intimidé par l’immensité des voies. Disons que ça détonnait de Rigaud et Val David!

Première longueur
Après les vérifications d’usage je me rappelle mes premiers pas dans la première longueur. Celle-ci est courte est assez facile. Après une pro ou deux, une vire végétale, deux autres protections, nous voilà au premier relais équipé de beaux scellements neuf. Cette longueur m’avait rassuré sur la suite des choses. Elle m’avait mis en confiance! C’est un gros mur, mais c’est pas plus compliqué que de grimper Staircase à Val David!

Au pied de la voie, au départ de la première longueur.

Au pied de la voie, au départ de la première longueur.

Seconde longueur
D’ici on s’élance en ligne droite pour éventuellement effectuer un croissant de lune de droite à gauche, jusqu’au second relais. C’est dans cette section qu’on commence à véritablement apprécier la voie et que l’on comprend son nom. Le rocher est comme un gruyère géant avec une panoplie de pochettes, entrecoupé de quelques fissures horizontales permettant les placements de pros. Il est bon d’avoir une « bonne tête » s’il s’agit de nos premiers pas en trad, car les placements sont assez espacés. Au bout d’environ 25 mètres, on atteint le second relais situé sur une belle vire, encore une fois équipé de beaux scellements.

Au milieu de la seconde longueur.

Au milieu de la seconde longueur.

Troisième longueur
C’est dans la 3e longueur que l’on savoure véritablement la voie. 30 mètres de bonheur! Le truc au départ, c’est de redescendre la vire vers la droite pendant 3 ou 4 mètres afin d’aller rejoindre la section « gruyèreuse ». On grimpe ensuite en diagonale vers la gauche, directement au-dessus de notre assureur. Chemin faisant, on gravit un escalier parsemé de trous et de fissures idéales pour y insérer camalots et nuts de notre choix. Éventuellement, les aspérités se font de plus en plus rares et nous arrive au pied d’un mur vertical.

Au départ de la 3e longueur

Au départ de la 3e longueur

Lors de ma première visite, cette section m’avait grandement impressionnée. « C’est vertical en ta! » Je ne trouvais pas d’endroit propice à l’insertion d’une protection de qualité. Je ne suis surement pas le seul à avoir été intimidé car quelqu’un a, par la suite, posé une plaquette dans cette section. Si on désire la faire « proprement » (old shool!), au haut de la section vertical se trouve une belle fissure pour l’insertion d’un camalot #2. Après un redressement athlétique, on atteint une belle vire réconfortante où se trouve un relais sur scellement. De là, on a une vue spectaculaire sur l’ensemble de la vallée. Manque juste le poêle à bois, les pantoufles et un petit remontant!

Au mileu de la 3e longueur

Au mileu de la 3e longueur

Quatrième longueur
Certes un coït interrompu! Une longueur dé-ce-van-te qui n’a sensiblement pas d’intérêt sinon celui de rejoindre le haut de la voie pour se donner un 200 mètres d’ascension. On part à gauche du relais, en ligne droite sur une dalle peu inclinée et runout… maintenant aussi équipée d’une ou deux plaquettes. Au sommet, sortez votre lunch et admirez la vue!

La magnifique vue du sommet

La magnifique vue du sommet

Bonus
Si votre calibre vous le permet, grimpez la voie en flèche (simul-climbing)! Je me rappelle l’avoir fait il y a quelques années et c’est assez jouissif de grimper 200 mètres sans arrêts en une trentaine de minutes!

La descente se fait en rappel

La descente se fait en rappel

6 Comments on "Les grandes classiques : La Granuleuse"

  1. Très belle idée si celui-ci est le premier d’une série d’articles sur de belles grandes voies. 🙂

  2. Ce n’est pas les voies qui manquent! J’en ai déjà quelques unes en tête…

  3. Il serait intéressant d’ajouter qu’une corde de 70 mètres est un minimum, ou, mieux, deux 60m. Partis avec une 60m, nous avons rencontré certains problèmes, notamment entre le 2e et le 3e relais, où la distance excède 30m. On a quand même eu beaucoup de plaisir… et on s’est trouvé tata d’avoir laissé l’autre 60m dans l’auto!

  4. Pour le rappel tu veux dire? Car le pitch lui même ne fait pas plus de 35 ou 38 mètres…

  5. Pas mal n’importe quelle voie qui se descend en rappel dans les Grands-Jardins demande 2 cordes… (50m est suffisant)

  6. Effectivement, Ian, pour le rappel il nous manquait pas plus d’une dizaine de mètres entre le 3e et le 2e relais. Et moins de deux entre le 2e et le premier.

Leave a comment