L’escalade a un problème de poids

Pour les grimpeurs récréatifs comme la très grande majorité que nous sommes, se priver de nourriture pour sauver 1Kg de masse corporelle semble bien futile alors que nous trainons plus souvent qu’autrement un rack de trad avec plusieurs gréement superflus. Cependant, il en est tout autrement dans le monde de la compétition. Ainsi, cette semaine, le Docteur Volker Schöffl qui était sur la Commission Médical de la Fédération Internationale d’Escalade Sportive (IFSC) a remis sa démission, en citant « Climbing has a problem »!

Selon Schöffl l’IFSC et sa Commission Médicale détourne le regard sur le Déficit Énergétique Relatif dans le Sport (DER-S) un problème grandissant au sein de l’élite des athlètes participant aux coupes du monde et aux Olympiques. Le DER-S c’est de ne pas ingurgité assez de calories afin de supporter votre volume d’entrainement. Une réalité déjà documenté dans d’autres sports, notamment en patinage artistique.

Bien que le DER-S ne soit pas du dopage pur et dur, ses effets sur la santé sont bien réels: cycle menstruel déréglé, problème gastrointestinal, système immunitaire affaibli, etc. Le mot anorexie vient rapidement à l’idée, mais de DER-S ne semble pas catégorisé de la même manière.

Dans son communiqué de démission, le Dr Schöffl affirme que « les politiques actuelles sur DER-S ne peuvent être acceptées. Nous avons travaillé plus de 10 ans sur ce sujet. Nous avons colligé beaucoup de données, mesuré des IMC (indice de masse corporelle) à toutes les coupes du monde et développé des méthodes de détection de ce problème chez les athlètes. Nous avons signalé le problème et des solutions aux directeurs sportifs. Tout ce que nous avons eu en retour sont des réponses diffamatoires et décourageantes. »

L’IFSC a émis une déclaration laconique : « L’IFSC est aligné avec le CIO en ce qui a trait à la santé des athlètes. Tel qu’annoncé cette année, en 2024, l’IFSC adoptera une approche holistique qui n’est pas uniquement basée sur les paramètres d’IMC. »

Il y a deux semaines, l’athlète Alannah Yip a déclaré sur son compte Instagram «L’escalade a un problème culturel et systémique avec le poids». Le mot clé ici est systémique. L’athlète d’ajouter «c’est un secret de polichinelle que tout le monde connait mais personne ne fait rien».

Est-ce que la démission du Dr Schöffl et la sortie de Yip seront suffisante à faire bouger les choses? Personnellement j’en doute. Habituellement, pour faire bouger les fédérations sportives ça prend de grands scandales, suivis – et c’est la partie importante – d’une coupure du financement. Y’a rien comme un compte de banque à sec pour remuer les mentalités. Hockey Canada et le meilleur (ou pire) exemple!

Be the first to comment on "L’escalade a un problème de poids"

Leave a comment