L’ile de l’éternel printemps

Photo: Omar Caballero

Par Tristan Chatelain

Tenerife est une île espagnole de formation volcanique située dans l’archipel des Canaries, situé en plein océan atlantique au large du Sahara occidental. Sur cette île, le basalte est roi : des dizaines de canyons parsèment le territoire et offrent autant de secteurs d’escalade dans des styles très différents. Plus de 1 500 voies sont d’ores et déjà ouvertes et de nouveaux secteurs sont actuellement à l’ouvrage alors qu’un nouveau topo est en cours d’élaboration. Récit d’un voyage inattendu sur « l’ile de l’éternel printemps ».

La première fois que je suis venu à Tenerife, je savais déjà que ce ne serait pas la dernière !

Cette première fois, c’était il y a tout juste un an. J’y étais allé sur la proposition d’un ami surfeur qui s’était définitivement exilé à Tenerife. D’après lui, cette île était un petit paradis au beau milieu de l’atlantique. J’en ai parlé à ma compagne, qui était d’accord pour estimer que deux semaines sur une ile ensoleillée ne pourraient pas nous faire de mal. Nous aimons beaucoup le surf, mais c’est bien le goût pour l’escalade qui nous anime en premier lieu. Quelques recherches sur le web nous le confirment rapidement : il y a bien de la grimpe à Tenerife, et pas qu’un peu ! Le temps de trouver des billets à prix abordable et en quelques jours c’est bouclé : l’hiver sera placé sous le signe de l’escalade au soleil.

Photo: Frank Retschmann | www.funst.de

Photo: Frank Retschmann | www.funst.de

Atterrissage au nord de l’île, température locale 25° C en plein mois de janvier ! Nous trouvons à nous loger dans la localité de Villa de Arico, dans une auberge appelée Tenerife Climbing House tenue par un couple de grimpeurs proposant des lits en chambre double ou en dortoir à petits prix. Nous profitons des petits déjeuners sur le roof-top et des barbecues dans le grand jardin : royal ! Nous apprenons vite que cet endroit est devenu le point de rendez-vous et de rencontre de tous les grimpeurs locaux ou étrangers.

C’est ici, à Arico, que s’est développée l’escalade sportive à Tenerife dans les années 90, et c’est aujourd’hui ici que se concentre l’essentiel de l’activité autour de ce sport sur l’île. En plus de l’auberge, on trouve dans le village une boutique offrant un inventaire très complet de matériel de montagne ainsi qu’un club d’escalade organisant des sorties guidées, des cours particulier et toute sortes d’activités de plein air. Mais les grimpeurs qui sont venu s’installer dans ce village sont aussi à l’origine d’autres initiatives de type culturel telles que la création d’une ferme biologique qui vend des paniers de fruits et légumes, des bières artisanales et de nombreux produits artisanaux souvent confectionnés à partir de produits locaux et des matériaux de récupération.

Photo: Martin Poetter

Photo: Martin Martin Pötter

Nous avons découvert, dans un rayon de 20 minutes en voiture autour de Arico, une quinzaine de secteurs d’escalade parmi les meilleurs de l’île, qui, à eux seuls, regroupent un millier de voies et de nombreux secteurs de boulder. Bien que toutes les falaises soient en basalte, nous avons été frappés par la grande variété de formes, textures et styles d’escalade que présente ce caillou. Il y en a pour tous les goûts : des voies courtes, explosives et techniques dans un rocher « à trou » dans le canyon de Arico ; des fissures parfaites de 80 mètres en « trad » ou équipées sur la splendide falaise de Guia de Isora ; de longues voies athlétiques jusqu’à 35 mètres tout en devers à prises franches et réglettes sur le site de La Galeria ou de surprenantes lignes interminables sur un basalte rouge et granuleux, abrasif comme du papier de verre dans le secteur del Capricho, à 2 200 m d’altitude, le tout dans un décor style « planète mars ».

Nous avons aussi vu des grimpeurs partir à l’assaut de la Catedral, formation volcanique de 150 m de haut couverte de grandes voies (multi-pitch) très originales, dans un panorama à couper le souffle. Et pour ceux qui ont envie d’associer escalade et baignade, deux sites de psycobloc (deep water soloing) permettent d’effectuer de jolies traversées à l’extérieur d’une grotte ou des parcours plus difficiles dans les plafonds.

Photo: Martin Poetter

Photo: Martin Martin Pötter

L’île de Tenerife nous a immédiatement fascinés par sa richesse et sa diversité tant en termes d’escalade que de paysage. En s’éloignant des plages de sable noir du nord de l’île, on traverse des forêts de pins nichées dans la brume avant d’atteindre le parc national du Teide, le plus haut sommet d’Espagne culminant à 3 718m, un vrai désert au-dessus des nuages prenant des airs de Colorado.

Dernière chose à noter : la vie à Tenerife est bien moins coûteuse qu’au Québec ou qu’en Europe continentale : louer une voiture ou manger dans de petits restaurants vous coutera de deux à trois fois moins cher qu’au Québec.

Pour toutes ces raisons (et tant d’autres !), nous avons décidé de nous installer ici durablement afin de poursuivre l’exploration de cette merveilleuse île dans le domaine de l’escalade et des sports outdoor. Et quelque chose me dit que nous ne sommes pas prêts de la quitter…

Photo: Frank Retschmann | www.funst.de

Photo: Frank Retschmann | www.funst.de

INFOS PRATIQUES

Quand s’y rendre ?
De septembre à avril pour profiter des meilleures conditions climatiques.

Comment s’y rendre ?
En avion ; l’île dispose de deux aéroports, un au nord et l’autre au sud ; des vols avec escale à Madrid sont proposés depuis Montréal et Québec à partir de 1,000$.

On trouve aussi des vols moins chers partant de New-York avec escale à Madrid et une ligne directe depuis New-York sera établie au printemps 2016.

Comment se déplacer sur l’île ?
Les locations de voiture sont très bon marché : en moyenne, 15 euros par jour assurance comprise.
Autoreisen (http://www.autoreisen.es/)
Europcar (www.europcar.es)

Photo: Mikko Vanska | www.mikkovanska.com

Photo: Mikko Vanska | www.mikkovanska.com

DANS LA LOCALITÉ DE ARICO

Où loger :
Tenerife Climbing House
Bon marché, propre et acueillant. On peut y réserver une chambre double, un lit en dortoir ou un simple emplacement de camping. Le meilleur endroit pour rencontrer des grimpeurs et être tout près des sites d’escalade.
Tenerife Lodge
Offrent des locations d’appartements et de maisons pour plus de confort tout en restant à proximité des sites d’escalade

Où trouver un guide, un accompagnateur ou prendre des cours d’escalade :
El Ocho Escalada
Ce club dirigé par Erik, guide de montagne diplômé AEGM, offre de nombreuses possibilités de cours et d’accompagnement, depuis l’initiation jusqu’au perfectionnement.

Où acheter/louer du matériel :
Roxstar – Tenerife Outdoor propose une gamme très complète de matériel de montagne disponible à la vente, et propose un service de location de chaussons et crashpads.

Où se restaurer, faire des courses :
Bar Antonio (produits typiques)
Bar Jeronimo (sandwishes)
Mercado Marpes (minimarket, fruits et légumes)
Finca Arico (paniers de légumes bio, bières artisanales)

Où découvrir les initiatives culturelles des associations locales :
Rasclat World

Topos
Le topo « Tenerife Escalada Deportiva » (en espagnol et anglais) publié en 2010 fait encore référence bien que les tout derniers secteurs n’y figurent pas. Des topos complémentaires peuvent être prêtés ou vendus à la boutique Roxtar -Tenerife Outdoor.
Un nouveau topo devrait sortir courant 2016.

Pour le bloc (boulder), on peut télécharger gratuitement le topo sur ce site internet

Quel matériel emmener ?
Une corde de 70 m peut suffire mais certains des meilleurs sites tels que Guia de Isora nécessitent une corde de 80 m. Pour les amateurs d’escalade en trad, il est fortement conseillé d’apporter son propre matériel car les fissures de qualité abondent sur l’île. La boutique Roxtar – Tenerife Outdoor propose la location de crashpads, chaussons et autres matériels en cas de besoin.

Que faire les jours de repos ?
Les possibilités d’activités plein-air ne manquent pas et pourraient même facilement justifier un voyage à elles seules. Citons entre autres activités :
Le surf (plage de Las Americas, El Socoro, Punta de Hidalgo…)
Le kite-surf et Wind-surf (plage de El Medano)
La randonnée (Volcan du Teide, forêt de Anaga, paysages lunaires de Vilaflor…)
Le vélo de montagne, downHill et vélo de route partout sur l’île
Les plages (plages de sable noir de Bollullo, Las Teresitas, La Caleta …)

Photo: Frank Kretschmann | www.funst.de

Photo: Frank Kretschmann | www.funst.de

Photo: Martin Poetter

Photo: Martin Martin Pötter

Be the first to comment on "L’ile de l’éternel printemps"

Leave a comment