L’industrie du plein air socialement responsable

Nous vivons une période très trouble de notre histoire. Une pandémie, suivie d’une récession majeure, combiné avec un soulèvement pour l’égalité raciale. Toutes ces turbulences ont des impacts majeurs sur non seulement les détaillants, mais aussi chez les compagnies qui nous habillent et nous équipent. Outre la baisse des revenus, quels sont les effets sur leur conscience sociale? Petit survol de la réponse de ces « brands » aux mouvements sociétaux actuels.

Arc’Teryx
La compagnie canadienne s’est revirée de bord rapidement au début de la pandémie en changeant sa production de vêtements techniques à des vêtements de protection pour les travailleurs de la santé. Pour l’instant ils n’ont pas émis de communiqué sur le mouvement antiracisme mais ils ont une position claire sur les minorité LGBT.

Black Diamond
Chez BD on a essentiellement répondu au mouvement Black Lives Matter en exprimant qu’ils étaient à l’écoute, qu’ils apprenaient et qu’ils allaient travailler pour du changement. BD a émis un communiqué à cet effet incluant leur plan d’action. Je n’ai rien trouvé cependant au niveau de la pandémie sur leur site web.

MEC
Bien que la Coop canadienne soit avant tout un détaillant, elle a aussi sa propre gamme de vêtements et d’équipement. Elle est également impliquée dans plusieurs causes nationales et locales. Le 19 mai dernier, Phil Arrata a publié une lettre ouverte dans laquelle il identifie les actions de MEC. Notamment du support aux travailleurs de la santé de même que des dons à la Croix Rouge canadienne. MEC n’a pas encore annoncé sa position sur le Black Lives Matter.

Patagonia
Cette dernière est connue pour son implication environnementale avec son actionnaire important, Yvon Chouinard, qui n’a pas la langue dans sa poche. Patagonia consacre d’ailleurs 1% de ses ventes à la sauvegarde de la planète. Bien que leur site internet ne prenne pas de position officielle tant au niveau de la pandémie qu’au niveau du mouvement Black Lives Matter, ils ont plusieurs campagnes de sensibilisation en cours qui rejoignent indirectement ces causes.

Smartwool
Au niveau de la pandémie, Smartwool a rapidement mis en place une campagne de financement afin d’aider les gens dans le besoin. Chapeauté par la maison mère de Smartwool, VF, 1$ en don était triplé jusqu’à un total de 1,500,000$. Les sommes sont versées au GlobalGiving Coronavirus Relief Fund. Je n’ai pas trouvé d’information sur le Black Lives Matter sur le site de Smartwool, quoique VF a émis un communiqué intitulé « Le racisme est un autre virus à éradiquer ». Steve Rendle, CEO de VF, n’y va pas de main morte dans sa lettre et prend des positions claires et affirmées.

The North Face
La compagnie nouvellement installée à Denver au Colorado, a pris plusieurs mesures au niveau de sa maison mère VF (voir Smartwool). TNF a aussi instauré des mesures qui lui sont propres. Hier elle a annoncé un programme d’aide aux travailleurs de la santé afin de souligner leur apport important à la lutte contre la pandémie. Ils ont aussi pris position sur les enjeux raciaux avec Never Stop Standing Up où ils expliquent leur implication à divers mouvements et diverses causes.

J’ai également consulté les sites d’Petzl, Mountain Hardwear, La Sportiva et Salomon et je n’ai pas trouvé d’information spécifique à leurs implications sociales au niveau de la COVID ou du mouvement antiracisme. Ce qui ne veut pas dire qu’ils ne font rien, simplement que je n’ai pas trouvé d’information.

Bref, notre « industrie » en est une qui dépend de la nature et qui est sensible aux causes environnementales et sociales en générales. Acheter un produit de nos jours c’est aussi une manière de voter. Une manière d’encourager indirectement des causes qui nous sont importantes. C’est aussi, avouons-le, une manière de nous donner bonne conscience. En bout de ligne, je pense que l’on peut tous en faire un peu plus pour aider autrui et notre planète. Moi le premier.

2 Comments on "L’industrie du plein air socialement responsable"

  1. Yo à toute l’équipe de EQ. 😉
    Merci de nous rappeler que l’escalade évolue dans un univers complexe.
    Du côté de MEC, ils ont déjà pris position il y a un an ou deux sur la promotion de la diversité en essayant d’avoir des images représentatives de la diversité canadienne et plus juste des mannequins «blancs». Ils n’ont pas attendu cette nouvelle crise qui n’est pas sans rappeler la «crise du rail» que nous avons connue plus tôt cette année et qui n’était pas directement liée au «Black Lives Matter» mais plutôt aux revendications autochtones : https://www.escaladequebec.com/une-histoire-de-quelques-semaines-une-histoire-de-quelques-siecles-une-histoire-sans-fin/

  2. Bon points… Et la situation au Nouveau Brunswick avec le décès de Chantel Moore nous confirme que l’on as encore beaucoup de chemin à faire ici avec les autochtones.

Leave a comment