Pour une première visite dans les Grands Jardins

Vous n’êtes jamais allés dans les Grands Jardins? Les longues voies qui s’y trouvent vous inspirent mais vous font également peur? Voici quelques informations afin d’y voir plus claire et de démystifier l’endroit.

La première chose à savoir c’est que les Grands Jardins sont essentiellement un spot de trad. Amateurs de bolts, c’est de l’autre bord du fleuve que ça se passe, soit à Kamouraska. Donc pour grimper dans les GJ, il faut savoir manier le Camalot, les nuts et autres bidules de protection. Sachez cependant que plusieurs longues voies sont accessibles aux néo-tradeurs de par les cotes accessibles et des relais équipés.

Il y a principalement 3 massifs dans les Grands Jardins : le Mont de l’Ours, le Dôme et finalement le Mont Gros Bras.

Photo: Ian Bergeron

Photo: Ian Bergeron

 

Mont de l’OursLa vue du Mont de l'Ours
On y accède via un sentier qui part du stationnement du tout nouveau chalet de la SEPAQ. N’oubliez pas d’acquitter vos frais journaliers! Le Mont de l’Ours, étant moins imposant, offre le plus petit nombre de voies des 3. La roche y est cependant de très bonne qualité. On y retrouve des voies de difficultés variant entre 5.6 à 5.11 (ou peut-être même 5.12). Comme le massif est exposé à l’ouest, l’ensoleillement y est bon tout l’après-midi. Les vents y sont aussi assez présents, surtout lorsqu’ils viennent du nord-ouest. Un relais central relie une panoplie de lignes et permet de faire un rappel relativement aisé vers la base. L’utilisation de cordes doubles est fortement recommandée afin d’éviter les frottements (drag) excessifs. Attention aussi lors des rappels, car les cordes peuvent s’entremêler solidement. Les voies se font habituellement en 3 longueurs (pitchs) de cordes.

 

Le Dôme
Le Dôme est un massif « dalleux » offrant de longues voies d’environ 200m. Le massif ne fait pas officiellement partie du Parc des Grands Jardins, alors on acquitte le droit de passage à la Zec des Martes. Plusieurs omettent de le faire, mais il s’agit là d’une mauvaise pratique à ne pas adopter. Un sentier mène à la base via les deux chalets de la Traversée de Charlevoix. Derrière le second chalet, celui du Dôme, monte un sentier vers les secteurs de Granuleuse et Tache Blanche. Pour Wet Dream, Day Dream et Gruyère, on prend le sentier un peu plus loin, à droite, qui mène au sommet de la montagne. Une centaine de mètres après avoir quitté le chalet, une option mène directement à la base des voies.

Au Dôme, on retrouve un assortiment de variantes et de difficultés. De 5.5 pour l’Initiation à 5.13 pour une voie actuellement en développement. Les options ne manquent pas! Granuleuse (5.6) est certes la voie la plus connue du Dôme, mais d’autres grandes classiques plus méconnues sont également à faire. Pensons à Gruyère (5.7), Wet Dream (5.7), Onglée (5.8) ou encore Tour de Contrôle (cote 5.6 old school!). Plusieurs voies ont des ancrages fixes permettant ainsi des rappels aisés et un assurage relativement confortable.

La Voie d'Évitement sur le Dôme
Deux cordes doubles sont fortement recommandées afin, encore une fois, d’éviter le « drag » et surtout rejoindre les stations de rappels souvent espacées d’une cinquantaine de mètres. Un rack complet avec quelques grandeurs en double est à prévoir, selon les voies et votre témérité.

Le rocher est de bonne qualité au Dôme et on y retrouve peu de roches instables. Ce qui ne veut pas dire que certains blocs ne s’en détacheront pas, mais que c’est assez improbable.

Wet Dream (5.7)
Le retour au sol, pour l’ensemble des voies se fait en rappel. Très peu de grimpeurs, voir personne, ne redescendent à pied.

Mont Gros Bras
Grace à un tout nouveau topo, le Mont Gros Bras connait une plus grande fréquentation. Il demeure que grimper sur le Gros Bras, c’est habituellement une aventure. Les voies y sont longues et engageantes, la qualité du rocher y est parfois douteuse et son orientation fait que l’on ne voit pas les nuages arriver et plusieurs y sont surpris par une météo inclémente. De plus, les voies y sont plus verticales que sur les autres massifs et la lecture des voies est souvent ardue. Bref, le Gros Bras n’est pas une montagne pour néophytes et/ou débutants! Mieux vaut avoir passablement d’expérience avant de s’y aventurer.

Pour y accéder, on acquitte d’abord nos frais d’accès à la SEPAQ. Non-loin du chalet, du côté opposé de la route devant le Gros Bras, on retrouve un petit stationnement d’où part le sentier qui mène à la base des voies. Au pied des parois, le sentier se sépare en deux : à gauche pour le secteur Lido, à droite pour le secteur Hals Und Bein Bruch. Pour l’ensemble des voies, on revient à pied via un sentier sur le sommet de la montagne. Sentier que certains ont eu parfois de la misère à trouver. Pour faire simple, arrivés au sommet, suivez les parois en sens antihoraire (vers le nord) et éventuellement vous arriverez directement dedans. Prévoyez des souliers car le retour est accidenté et souvent glissant.

Hals Und Bein Bruch (5.8)

Photo: Patrick Cadieux

On y retrouve plusieurs grandes classiques dont Lido et Hals Und Bein Bruch (5.8), qui veut dire «Break a leg » en Allemand. Cette dernière est une superbe voie alpine avec une ambiance extraordinaire. Mais, comme énoncé précédemment, on peut parfois s’y perdre. À cet égard, je recommande fortement de consulter le topo avant et durant votre ascension.

En conclusion, les Grands Jardins sont un superbe terrain de jeux offrant une atmosphère alpine peu commune au Québec. Les débutants désireux de vivre cette expérience peuvent opter pour la Via Ferrata de la SEPAQ sur le Mont du Lac des Cygnes ou encore mieux, venir à l’annuel Trad Pow Wow organisé par Alain Simard. L’événnement idéal pour rencontrer des passionnés de grimpe et des Grands Jardins, qui sauront vous donner un maximum d’informations!

Be the first to comment on "Pour une première visite dans les Grands Jardins"

Leave a comment