Socrate Badeau

Depuis combien de temps grimpes-tu? Tu as débuté en quelle année et pourquoi?

Oh boy! J’avais 16 ans, je travaillais dans un camp de vacances et ils construisaient un petit mur artificiel. J’ai aidé pour la construction, de plus ils ont aménagé un petit site près de L’Annonciation et j’ai fait beaucoup de frottage. J’aimais être dehors, j’aimais grimper partout, quoi de mieux comme combinaison. À la fin de cet été là, je me suis équipé en double. Je n’avais pas d’auto alors j’initiais mes amis qui avaient une voiture. L’année d’après j’ai pris le cours d’initiation à l’escalade du cégep Marie-Victorin, avec Bernard Doth. Qui lui m’a réellement initié à l’escalade, rocher et glace en m’emmenant à Weir, Val David, Kamou, St-Hilaire et les Gunks.

Pratiques-tu tous les styles de grimpe (trad, sport, glace, bloc, alpin)? Lequel préfères-tu?

Oui je pratique tous les styles. Contrairement à la majorité du monde de nos jours, j’ai commencé à l’extérieur en trad avec la mentalité que le premier ne devait pas chuter. Et mon premier voyage de grimpe à été une semaine dans les Gunks. J’ai donc toujours gardé une préférence pour le trad. Mais, j’ai apprivoisé et pratique beaucoup le sport, surtout pour se dépasser. Je ne fais pas beaucoup de bloc, mais je veux en faire plus. Surtout avec mon nouveau bébé ça devrait être plus facile en bloc qu’en multi-pitch. J’aime bien la glace, et j’adore l’engagement des voies alpines.

J’ai vu dans ta liste de destinations, plusieurs paradis du « big wall » tel que Zion et Yosemite. De même que plusieurs paradis de la grimpe (Grand Tetons, Devils Tower, Indian Creek). Parles moi un peu de tes grimpes mémorables ou favorites là-bas.

C’est spécial car je suis allé grimper dans ces endroits merveilleux mais j’ai l’impression d’avoir fait si peu. Ce sont de si beaux endroits avec tant de choses à faire. C’est surtout les longues voies classiques que je recherchais lors de ces voyages. À Yosemite on perd facilement la notion des dimensions. Je veux définitivement y retourner. Il y a aussi à Red Rocks près de Las Vegas que j’ai adoré pour les longues voies.

Les Grand Tetons ont un ambiance beaucoup plus alpin avec les longes approches et parfois de la neige sur les voies. Ma voie favorite a définitivement été The Snaz un beau dièdre continu en 5.8/9 de ± 300 m.

Devil’s Tower m’a été très étrange. On y a fait que trois voies. Et à la redescente de la dernière Durrance 5.6 on s’est fait prendre par un orage électrique. Disons que nous ne sommes pas restés.

Si vous aimez les cracks, Indian Creek est le paradis. C’est spécial, on découvre que certaines grosseurs de crack sont physiologiquement impossibles, d’autres sont si faciles. C’est le seul endroit où t’as besoin de 10 cams de la même grosseur pour faire une voie…

Déjà eu une grimpe épique ? Si oui, raconte un peu.

Je pense que tout le monde qui grimpe se retrouve dans des situations un peu épiques.

La plus marquante est d’avoir été atteint par la foudre sur un relais en redescendant Devil’s Tower. J’étais avec ma copine Louise et deux autres cordées de québécois (que le monde est petit). La journée était superbe, beau soleil, pas de nuages en vue. On s’est rendu au sommet par la voie Durrance, un 5.6 de trois longueurs. Arrivé au sommet, après avoir pris une photo. On a aperçu des nuages s’approcher assez vite. On commençait même à entendre le tonnerre au loin. Nous étions 7 à redescendre en rappel, et c’est très long quand les gens n’ont pas tous l’expérience pour descendre simultané. Il y a trois rappels pour se rendre à la base. Après le deuxième on était assourdit par le bruit du tonnerre et complètement trempé par la pluie qui tombait. Pendant que la troisième personne se défaisait de la corde, le tonnerre à du frapper le sommet de la montagne. Presque au même moment j’ai ressenti un énorme choc. Première pensé,  » Ok t’es vivant, pas de blessure, tout semble fonctionner, ? WOW quel expérience !!!  » En même temps la personne à mes côtés tombe sur moi, et la fille à côté de Louise éclata en peur. J’ai immédiatement regardé Louise pour voir si elle était correcte. On est alors redescendu, cette fois-ci en simultané tout le monde. Arrivé en bas en retournant vers l’accueil, les touristes nous regardaient un peu croche et nous demandaient si on était correct. En rangeant les choses dans l’auto le soleil ressortait. On se demande après si on n’a pas de dommages internes même si on se sent bien. Disons qu’on se sent assez troublé après.

Ta plus grande inspiration, ou le/la grimpeur(se) qui te motive, ou une personne que tu admire dans le monde de la grimpe?

Ouff! Je n’ai personne en particulier. J’ai eu la chance de rencontrer et discuter avec certaines personnes tels Peter Croft et Jim Donnini qui sont des sources d’inspiration phénoménales par leurs accomplissements et leur ouverture d’esprit. L’oncle d’un amis qui a commencer à grimper à 52 ans est une inspiration, il est motivé il se pousse tellement. En général, c’est ceux avec qui je grimpe et ceux qu’on rencontre en falaise qui m’inspire, la volonté des gens de se surpasser et leur motivation est souvent une source d’énergie incroyable.

Quels conseils donnerais-tu aux jeunes grimpeurs qui débutent ou qui veulent débuter dans le sport?

Trois conseils

1. Amusez vous. Souvenez-vous toujours de la joie que les premières grimpes vous apportaient. Il n’y avait pas de  » à-vue, flash, red-point ou en tête, ni de côte. Ce n’est qu’un piège de l’orgueil.

2. Lisez un peu sur le passé. Tant de choses remarquables on été fait. Cela nous donne un peu une perspective incroyable des gens et de leurs accomplissements.

3. Respectez la nature. Peu importe ou vous êtes portez un minimum d’attention à cette belle nature.

Top 5 – Voies

Épinéphrine, 5.9, Red Rocks
The Grand Wall, 5.11, Squamish
SuperCrack, 5.10, Indian Creek
Madame Grunnebaums Wulst, 5.6, Gunks
Apologie, 5.12, Orford

Top 5 – Parois

Red Rocks, Nevada, pour la roche, les voies.
Les Bugaboos, en Colombie-Britannique. Il y a de la roche partout. Un vrai paradis du multi-pitch.
Red River Gorge, Kentucky un gym extérieur.
Weir, Quebec, C’est proche, c’est chaud tôt, c’est beau.
Rumney, New Hampshire. Des projets et des projets…

Be the first to comment on "Socrate Badeau"

Leave a comment