Trucs et astuces pour débuter en glace

Martin Favreau au Mont Pinnacle | Photo: Ian Bergeron

Vous grimpez à l’intérieur ou en rocher, mais vous n’avez jamais essayé la glace ? Voici quelques suggestions pour un essai fructueux !

Tout d’abord, je dois vous mettre en garde. On devient aussi accro à cette discipline qu’à la grimpe sur rocher. Ça coute cependant un tantinet plus cher en équipement. Ce qui m’amène à mon premier point…

Avoir le bon matériel

Certains vous diront que vous pouvez commencer avec des bottes de ski alpin et des piolets de 1990 à manche droit. C’est vrai, mais votre expérience en sera d’autant diminuée. Dans la mesure du possible, je vous recommande fortement de louer tout l’équipement dans une boutique spécialisée ou un club (voir liste au bas). Pour quelques dizaines de dollars vous aurez un équipement récent, en bon état et à votre taille. Sinon, voyez autour de vous si une âme généreuse serait disposée à vous prêter ses piolets et crampons.

Au niveau des vêtements, habillez-vous en multicouches et partez moins habillé lors de la marche d’approche. Rajouter ensuite des épaisseurs rendues à la cascade. Apportez 2 paires de gants et une paire de mitaine. Vos gants deviendront à coup sûr mouillés et une paire supplémentaire n’est pas du luxe. Les mitaines c’est pour assurer. Très réconfortant pour les doigts ! N’oubliez pas un balaclava (cagoule) pour porter sous votre casque.

Finalement, une grosse doudoune chaude pour assurer est aussi un must. Au pire, empruntez la pour la journée. Vous aurez le temps d’en acheter une plus tard lorsqu’elles seront en rabais!
En ce qui a trait au matériel d’escalade proprement dit, votre harnais de rocher ou d’intérieur de même que votre ATC ou Réverso feront amplement l’affaire. Évidemment, un casque c’est essentiel car, en glace encore plus qu’en rocher, les ovnis sont chose commune!

Suivre le guide

Si vous avez des amis qualifiés qui grimpent en glace depuis belle lurette et qui sont disposés à vous emmener avec eux, à la bonne heure ! Dans le cas contraire, joignez-vous à un cours d’initiation donné par une des nombreuses écoles au Québec. Ils vous donneront de judicieux conseils sur le maniement des piolets, le positionnement du corps sur les cascades et plein de petits trucs qui vous feront sauver de l’énergie et décupleront votre plaisir et votre apprentissage. De plus, ils fournissent souvent une bonne partie de l’équipement. Il arrive aussi souvent dans ces cours que l’on se fasse de nouveaux amis, qui deviendront ultimement de potentiels partenaires de grimpe.

José Dioniso au Mont-Barrière | Photo: Ian Bergeron

José Dioniso au Mont-Barrière | Photo: Ian Bergeron

Conserver votre chaleur

Rien de pire que de geler en escalade de glace. Outre l’habillement, on peut rester au chaud en observant quelques règles de base. Notamment, boire du liquide chaud que l’on a apporté dans un thermos et manger régulièrement. D’ailleurs, gardez quelques snacks dans votre manteau, au chaud, afin d’éviter de vous casser les dents sur une barre tendre gelée. Ce n’est pas une mauvaise idée également de s’apporter des « hot shots » pour les pieds et les mains si l’on est particulièrement frileux. Finalement, consultez la météo avant de partir. S’ils annoncent sous les -15c, ça serait une bonne idée d’opter pour une paroi face-sud et ensoleillée, comme la Montagne du Tranchant par exemple.

Garder le moral

Piocher du piolet c’est très différent de grimper sur du rocher ou en gym. La gestuelle est fort différente et demande un bon coup de poignet. Nos premiers essais sont parfois malhabiles et la coordination quelque peu déficiente. Je me rappelle ma première sortie : mes ambitions étaient démesurées étant donné mes performances potables sur le plastique. La réalité m’a rapidement rattrapé… La glace c’est un autre sport, mais c’est tout autant grisant que la roche. Faut juste apprécier le moment présent et débuter avec humilité !

Location d’équipement

Montréal
McGill Outdoor Club

Sherbrooke
Atmosphère

Québec
MEC
Roc Gyms

9 Comments on "Trucs et astuces pour débuter en glace"

  1. oui, tout ceci donne le goût de grimper!

    je suggère de ne pas oublier le casque, super important car en glace y’a toujours de quoi qui tombe. À la limite un casque de vélo peut faire l’affaire si on a un budget serré.

    Pour les débutants je suggère de louer le stock les premières fois pour voir si on va aimer ça. Quand on a la piqûre, ça devient rapidement plus économique d’acheter le stock plutôt que de le louer 7-8 X par hiver, car la location implique aussi une perte de temps importante, soit aller chercher le stock la veille et le rapporter le lendemain. Si on a un ami qui a des piolets et qu’on fait seulement de la moulinette, il peut nous prêter les piolets quand on grimpe, donc c’est préférable d’acheter de bonnes bottes + crampons en premier. Aussi, les piolets peuvent sembler chers (et c’est vrai) mais on est pas obligés d’acheter le modèle à 400$ non plus. Le Grivel Monster X est un bon rapport qualité/prix bien que son look soit douteux. Pour ce qui est des bottes, il est certain qu’une belle paire de La Sportiva est chère au début, mais une bonne paire de bottes confortable est tellement importante pour bien grimper plutôt que par exemple une paire de Koflach usagées trop grandes, que ça vaut la peine d’investir un peu plus… selon votre budget bien sûr. Vous allez juste mieux grimper et plus apprécier le sport!

    je recommande vraiment une frontale aussi car l’hiver le soleil se couche tôt et dans la forêt laurentienne quand il fait noir on a vite PEUR des bêtes, loups, belettes, hiboux et autres créatures de la nuit!

  2. Qu’est ce que t’as contre mes Koflach toé sacre ? 15 ans de loyaux services ! 😛

  3. non non j’ai rien contre les Koflach, j’en ai eu aussi! Je voulais juste dire que des fois t’es mieux de payer un peu plus cher pour une bonne botte durable avec un très bon fit pis de grimper comme un homme-araignée plutôt que de te contenter d’une botte moins chère, toute maganée, trop serrée ou trop grande, et de grimper comme un orignal avec, et de moins apprécier le sport par le fait même.

    PS j’aime ta photo.

  4. Cherchez pour des piolets usagés! (MEC gearswap, NEIce, Mountainproject.com, Escalade QC) mais assurez vous qu’ils soient en bonne condition (rivets etc) et que les lames de rechange soient toujours disponibles.
    Amenez plein de gants, moi j’en ai au moins quatre paires:
    -Une paire pour l’approche, ils vont se mouiller et je transpire dedans.
    -Deux paires minces pour grimper, au chaud dans le manteau, c’est plus facile de tenir les piolets alors tu serre moins fort donc le sang circule mieux a te garder les mains chaudes, si ils deviennent mouillés ou trop froid, tu switch avec ceux au chaud.
    -Une paire plus chaude pour assurer et descendre en rappel.

  5. Haha, maintenant je grimpe comme un orignal en Koflach !

    Je niaise. Sans rancune 😀

  6. Les clubs sont une autre alternative pour commencer en glace…surveillez leur calendrier d’activités.

  7. Dans les Laurentides tu peut faire une belle initiation soit avec Attitude Montagne ou à la Montagne d’argent ensuite voir si t’aime ça…. y’a certainement d’autres organismes….

  8. Merci pour le bel article, je trouve qu’il est écrit avec passion et simplicité!

    Je me rappelle qu’à mes débuts, les bottes neuvea étaient à 200$, les crampons à 85$ et les piolets à 200$ LA PAIRE. Maintenant les prix me semblent tout simplement hors d’atteinte pour le commun des mortels. Je comprend l’inflation mais là c’est rendu une vraie farce! >:-(

  9. Un truc super important à se rappeler aussi c’Est que la glace c’est pas comme le sport, mais ça se rapproche plus du trad et de la grimpe d’aventure. Je crois qu’il faut être beaucoup plus alerte et constament garder en tête les danger objectifs, et encore plus important, savoir les identifier (météo des derniers jours voir semaine, qualité de la glace, changements de température pendant la journée, fracturation des colones etc..). Il faut aussi s’assurer d’être très confiant avec les manoeuvres de cordes, la gestion des relais, les noeuds, les descentes complexes, parce que quand sh** its the fan en glace ça peut devenir dangereux rapidement, il faut donc être en mesure de se sortir du pétrin. Je sais que la plupart d’entre vous se réjouissez de la démocratisation de la grimpe, mais elle apporte aussi son lôt de grimpeurs qui ont l’impression que seul la « gymnastique » importe dans la discipline. En glace c’est vraiment une mentalité pour s’attirer du trouble. Il faut que les gens soient conscient et prêt à accepter que la glce c’Est des fois (souvent) du plaisir de type 2 et que les « epics » sont potentiellement plus présent que quand on va faire du cragging kamou.

Leave a comment