Yannick Girard

Cette page a été mise en ligne il y a quatre ans. Elle date un peu mais elle transmet tout de même l’essence de qui était Yannick.

Yannick est décédé le 10 Juillet 2014. Alpiniste de grand talent, ouvreur émérite, auteur et aventurier dans l’âme, la communauté d’escalade lui doit beaucoup. J’avais remarqué que tout le monde avait la plus haute opinion et qu’il faisait consensus dans une communauté parfois divisée. Mais au-delà de l’escalade Yannick était un père de famille et l’ami de plusieurs. Son départ arrache le cœur à tous ceux et celles qui l’on connu. Sa mort est comme une plaie béante pour ceux qui l’aimaient et le connaissaient. J’imagine cependant que notre désarroi n’est rien en comparaison de ce que ses enfants doivent ressentir. Mes plus sincères sympathies à tous ceux et celles qu’Yannick aura touché Mes pensées et ma compassion vont évidemment et surtout à ses quatre enfants qui devront vivre avec une si grande perte.

Depuis combien de temps grimpes-tu et qu’est-ce qui t’a emmené l’escalade?

J’ai toujours voulu rester enfant pour jouer dehors toute la journée sans remord et, à l’adolescence, j’ai réalisé que l’escalade me donnait un bon prétexte pour poursuivre mon objectif. Ça aurait pu être autre chose. Je me suis commis assez sérieusement dans plusieurs autres sports de plein air mais, dans l’ensemble, l’escalade me paraît être un univers imaginaire plus complet.

Pratiques-tu tous les styles de grimpe (trad, sport, bloc, glace, alpin) ? Lequel préfères-tu?

J’ai un parti pris pour les barbus mais je ne suis pas raciste. J’ai même déjà fait une lolotte devant plusieurs personnes en grimpant. Sans blague je pratique plusieurs styles de grimpe. Mais je tiens quand même à préciser que j’aime quand le décor change rapidement, voir du pays et courir les bois. Je préfère de beaucoup l’ambiance au mouvement. Ce qui m’amène à prioriser l’escalade traditionnelle été comme hiver et, si je le pouvais, plus souvent en milieu alpin.

Tu as ouvert un grand nombre de voies. Laquelle était la plus mémorable et pourquoi?

Curieusement c’est dans mes premières années d’escalade. Nous étions ?nos premières armes avec l’exploration de grand mur au Cran des Érables et nous avons dû réviser plusieurs fois notre approche pour réussir ?ouvrir une voie nettement au-dessus de notre niveau de compétence. ?un certain moment nous avons convenue de partir de Québec après le travail, à 21h00, et revenir seulement lorsque nous aurions termin? Aujourd’hui on dirait un départ de nuit pour un single push de 24 heures, mais ?l’époque, sans Internet et peu de revues, nous avions imaginé ce scénario tout seul.

Tu sembles aimer l’aventure. Est-ce que l’ouverture d’une longue voie représente l’aventure ultime?

Pas obligatoirement très longue. Tant mieux si oui mais ce qui établit les conditions de l’aventure ultime pour moi c’est la découverte en grimpant un itinéraire naturel, principalement en libre, où le courage et la détermination vont faire la différence.

Comment fais-tu pour trouver le temps de grimper avec 4 enfants?

Je ne grimpe pas très souvent je dois dire, mais je maximise les sorties. Pas de top-ropette et autre lézardage.

Je passe aussi un temps assez considérable ?planifier mes sorties d’escalade. C’est comme de minis expéditions. Je plonge dans ma bibliothèque, cherche une inspiration, compile des vielles photos, identifie des partenaires potentiels selon l’aventure et commence doucement l’opération charme. Je réfléchis à la logistique et je cherche une approche originale pour le projet. Au retour j’essaie de faire durer la vague d’émotion le plus longtemps possible. Parfois inversement c’est un ami qui me recrute pour une aventure originale.

Entre temps, avec les enfants, je m’amuse aussi. On imagine de drôles d’aventures ensemble et en grandissant le registre des possibilités s’agrandit vite. Mais il y a toujours un prix à payer. Comme tout le monde il y a 24h dans ma journée et je ne suis pas du genre Monsieux Réno à la maison !

As-tu déjà eu une grimpe qui a ou aurait pu mal tourner? Si oui, raconte un peu…

Rapidement, je dirais que grimper avec Benoît Marion à Pont Rouge à la fin des années 90 aurait pu souvent mal tourner! Plus sérieusement, rien de plus qui n’est pas déjà arrivé à un grimpeur qui a roulé un peu. Un bon exemple c’est d’avoir été obligé de couper ma corde en deux, en montagne, avec des dizaines de rappels à faire. En fait, la vérité c’est d’avoir survécus à toutes mes sortis lors de mes 2 premières années d’escalades. On est souvent très téméraire lorsque l’on débute l’escalade jeune et on fait aussi beaucoup d’erreurs. Certaines seraient même assez gênantes à raconter.

Ton plus beau voyage grimpe, où était-ce et pourquoi est-ce le plus beau ?

Coucher en position fœtal sur ma corde soigneusement tapissée pour me couper du froid, sur la petite vire de granit d’où j’observais la lueur lumineuse de Chamonix au fond de la vallée.

Mon inconfort du moment me paraissant bien illusoire par rapport à l’incroyable plaisir que j’avais ressentis à traverser les aiguilles de Chamonix en enchaînant toutes les tours de granit sur notre chemin. Nous n’avions avec nous rien d’autre que 4 bars de chocolat, un réchaud pour faire fondre de la neige, une vielle photocopie incomplète d’un texte de Gaston Rébuffat et aucune idée précise sur le temps que nous aurions besoin pour compléter cette course.

Ta plus grande inspiration de grimpe, le ou les grimpeurs qui t’ont le plus motiv??

Claude Bérubé pour son charisme. Stéphane Lapierre pour sa vision inspirée. Gaétan Martineau pour ses ascensions. Tous les trois pour leurs adaptations du sport au Québec.

Tu ne pars jamais grimper sans?

Un partenaire motivé Je suis bien chanceux car j’en connais quelques-uns et je leur dois mon bonheur.

Top 5 – Parois
1-Les Hautes Georges de la rivière Malbaie l’hiver
2-Le Gros Bras lorsqu’il est plâtr?de neige (assez rare)
3-Sierra Nevada Californie
4-Wind river range Wyoming
5-Catherdral Ledge

Top 5 – Voies
1-Ruée vers l’or, M7+, Hautes Georges de la rivière Malbaie
2-La fleur de Lotus, 5.10, T.N.O.
3-La Pomme d’or, WI 5+, Hautes Georges de la rivière Malbaie
4-Hyperventilation, 5.12-, Portneuf
5-Étoile de rêve, 5.11, Mauricie

Be the first to comment on "Yannick Girard"

Leave a comment